Mes lectures 2021 : le top 10 !

« On reconnait les grands à la façon dont ils traitent les petits. Gagner en humiliant, c’est perdre. » – Gabrielle, Marie Laberge.

Aperçu parcellaire 😉

L’année 2021 ne fut pas une très bonne année lecture pour moi, avec seulement 25 livres lus, soit environ deux par mois. Les causes en sont multiples : départ de la Réunion et donc perte de ma super petite bibliothèque de quartier – depuis je me suis réinscrite à la bibliothèque en métropole, mais il y a eu quelques mois de battement tout de même -, plein de choses à gérer m’occupant trop l’esprit pour que je parvienne à me poser avec de la lecture, difficulté à trouver des livres me plaisant… Enfin, j’ai tout de même fait quelques découvertes littéraires sympathiques cette année, ce qui me permet de vous proposer le traditionnel top 10 !

10) J’accouche bientôt, que faire de la douleur ?, de Maïtié Trélaün

Je commence ce top 10 par deux livres ciblés « femme enceinte » – une grosse thématique de mon année 2021 😉 Celui-ci, écrit par une sage-femme, est un grand classique pour peu que l’on s’intéresse à la physiologie de l’accouchement. Il fourmille d’informations pratiques et permet de sortir un peu de la vision actuelle très médicalisée de la grossesse et de l’enfantement. On sent que ce livre a été écrit il y a un moment – j’ai trouvé certains passages, notamment dans les témoignages, un peu « vieillots » – mais il reste une bible pour toutes les futures mamans !

« Le temps s’arrête, l’extérieur n’existe plus, l’espace est intérieur. Les contractions arrivent comme les vagues, dans un va-et-vient régulier qui rythme le silence. Elles te ballottent, t’habitent, impulsent un mouvement à ton corps. Le rythme est là, la danse peut commencer. C’est une danse de couple où ton partenaire est la douleur, partenaire enveloppant et aimant aussi bien qu’exigeant. »

9) La naissance en BD, de Lucile Gomez

Je continue dans le thème « grossesse » avec cette BD en deux tomes, qui a pour objectif de faire découvrir aux femmes leurs « super pouvoirs », afin qu’elles puissent les mettre à profit pour avoir un accouchement aussi harmonieux et physiologique que possible. Cette BD est pleine d’informations et d’humour, bref je ne saurai que trop la conseiller à tous les futurs parents… Benoît l’a lue et l’a beaucoup aimée également. Seul petit bémol, pas mal de fautes d’orthographes dans le tome 2, c’est dommage… Un troisième tome est prévu pour 2022.

« Je te propose de regarder cette nouvelle vie plurielle avec une nouvelle vue. Je voudrais te faire découvrir les lunettes de la physiologie, pour qu’elles deviennent pour toi aussi des lunettes de la confiance en la vie. »

8) L’inconnue du 17 mars, de Didier Van Cauwelaert

Le 17 mars 2020, après un accident de voiture et en pleine épidémie de Covid-19, Lucas Norden se retrouve confiné avec une jeune femme. Qui est-elle exactement, il serait bien en peine de le dire… Entre fiction sur le Covid et conte philosophique, ce roman m’a procuré un agréable moment de détente littéraire. Ce n’est pas le roman du siècle, mais il se lit bien !

« C’est fou comme l’esprit humain s’habitue à tout, même à l’inconcevable, pour peu qu’il s’inscrive dans la durée. »

7) Le poids du papillon, d’Erri de Luca

C’est le titre de la plus longue des deux nouvelles composant ce petit livre. Elle raconte deux dernières saisons : la dernière saison d’un puissant chamois qui domine sa harde depuis des années, et la dernière saison d’un braconnier qui a toujours voulu l’abattre. Un texte court et poétique, qui se lit facilement et nous emmène au cœur des Alpes italiennes…

« C’était le dernier pas de l’automne, ensuite viendrait la neige et son silence magnifique. Aucun autre silence que celui de la neige sur le toit et sur la terre ne vaut ce nom-là. »

6) La fille du capitaine, d’Alexandre Pouchkine

Pierre Griniev, jeune noble gâté et couvé par sa mère, se retrouve envoyé par son père dans une garnison reculée de Sibérie, afin d’y faire ses premiers pas d’officier. Il y découvre un monde inconnu… Dépaysement garanti avec ce roman russe, qui se déroule à l’époque de l’impératrice Catherine II !

« Une neige fine se mit à tomber, soudain elle s’épaissit en gros flocons. Le vent hurla ; c’était la tempête. En un instant, le ciel sombre se confondit avec la mer de neige. Tout disparut.
-« Eh bien, barine, s’écria le cocher, voilà : c’est la bourrasque ».
Je me penchai hors de la voiture pour regarder : ce n’était que ténèbres et tourbillon. Le vent hurlait avec une si sauvage éloquence qu’on aurait dit un être animé ; La neige s’entassait sur le cocher et sur moi, les chevaux allaient au pas et bientôt s’arrêtèrent. »

5) Piments zoizos, de Téhem et Gilles Gauvin

Cette BD raconte l’histoire des enfants de la Creuse au travers de l’exemple de Jean et Madeleine, deux enfants réunionnais enlevés à leur mère par les services sociaux dans les années 1960, afin de recevoir une « meilleure éducation » en métropole. Entre familles d’accueil et foyers, c’est en fait d’errance et de questionnements que sera faite la vie de ces enfants… Cette BD est très bien faite et extrêmement touchante. Elle m’a beaucoup appris sur l’histoire de ces enfants déracinés, qui reste un sujet très sensible à la Réunion, et on ne peut que le comprendre…

« – En éloignant ces enfants de leur famille on les sauve et on sauve aussi parfois leur fratrie.
– Comment ça ?
– Eh bien quand on retire deux enfants d’une fratrie de neuf, les autres vivent un peu mieux, non ? »

4) Les enfants sont rois, de Delphine de Vigan

Deux femmes, deux mondes différents : d’un côté Mélanie Claux, star des réseaux sociaux dont la petite fille a disparu, de l’autre Clara Roussel, policière chargée de l’enquête. Avec ce roman nous plongeons dans le monde des réseaux sociaux et de l’exposition médiatique des enfants par leurs parents, en échange de cadeaux et de partenariats rémunérés. Un roman glaçant et terriblement actuel…

« – Question : Qu’est-ce qu’elle dit, maman, quand elle n’est pas contente ?
– Réponse : Elle dit que ce n’est vraiment pas gentil de faire ça. Qu’on a beaucoup de chance de ce qui nous arrive, les millions d’abonnés et tout ça, et tous les enfants qui nous aiment, qui veulent faire des selfies avec nous et des autographes quand on fait des meet-up, ils font la queue pendant très longtemps pour nous voir, parfois même deux heures, et eux ils rêveraient vraiment d’être à notre place, en plus nous on est les premiers maintenant, les préférés de tous les enfants de France sur YouTube, plus préférés que Mélys et Fantasia, plus que les petits du club de Jouet, plus que Liam et Tiago de La bande des doudous, maintenant, on les a tous dépassés. Alors maman elle dit à Kimmy d’aller se changer vite fait, sinon, elle ne sera plus jamais sur nos vidéos et tant pis pour elle, plus personne ne l’aimera. »

3) Certaines n’avaient jamais vu la mer, de Julie Otsuka

Ce roman évoque les vies de ces jeunes Japonaises ayant quitté leur pays pour aller épouser un homme aux Etats-Unis, au début du XXè siècle. Il raconte l’éprouvante traversée du Pacifique, la rencontre avec ces hommes inconnus, les déceptions, le dur labeur, la maternité et la vie d’exilés dans un pays pas toujours accueillant… J’ai beaucoup apprécié ce roman à la construction très originale, qui m’a permis de découvrir une page d’histoire que je ne connaissais pas.

« Certaines d’entre nous n’avaient mangé toute leur vie durant que du gruau de riz et leurs jambes étaient arquées, certaines n’avaient que quatorze ans et c’étaient encore des petites filles. Certaines venaient de la ville et portaient d’élégants vêtements. […] Certaines descendaient des montagnes et n’avaient jamais vu la mer. »

2) A la vie !, de l’homme étoilé

L’homme étoilé est le pseudonyme d’un infirmier travaillant dans un service de soins palliatifs. Dans ce roman graphique il raconte la vie et les patients de ce service si particulier, entre derniers jours de vie, amour, humour, pudeur, et tubes de Queen… Un livre superbe, très émouvant, à lire à proximité d’une boîte de mouchoirs ! Allez je vous mets deux citations pour la peine 😉

« – C’est quoi pour toi les soins palliatifs ?
– Eh bien je dirais que c’est tout ce qu’il reste à faire lorsqu’il n’y a plus rien à faire.
– Et que reste-t-il à faire lorsqu’il n’y a plus rien à faire ?
– Il reste à soulager la douleur, la souffrance, optimiser le confort, accompagner, soutenir… et puiiis… ajouter de la vie aux jours à défaut d’ajouter des jours à la vie… »

« Ces instants en dehors du temps et de la maladie étaient précieux pour nous deux.
Ils offraient à Roger des parenthèses de légèreté et d’insouciance dans des moments particulièrement difficiles.
Quant à moi, ils me confortaient dans l’idée que je pouvais faire du bien autrement que par la simple administration d’un médicament.
Alors on a écouté du rock, beaucoup de rock, chaque jour. »

1) Gabrielle, de Marie Laberge

Gabrielle est le premier tome de la trilogie Le goût du bonheur, Il retrace la vie de la famille Miller et notamment de Gabrielle, femme atypique éprise de liberté, mère de cinq enfants et épouse comblée, dans le Québec des années 30. Mais la vie n’est pas toujours facile et harmonieuse, surtout lorsque la maladie, les peines de cœur et les prémices de la guerre s’annoncent… Ce livre est l’un de mes romans cultes. Je l’ai relu cette année, toujours avec autant de plaisir, et je ne saurai que trop vous le conseiller, ainsi que les deux tomes suivants : Adélaïde et Florent.

« Adélaïde fixe le ciel où à peine un voile blanc balafre le bleu :

« – Où Il est, Dieu ?
– Tu voudrais Lui parler ou L’engueuler ?
– Je veux savoir pourquoi on meurt ? »
Il la relève, époussette sa jolie robe : « Je ne suis pas sûr que même Dieu le sache. Peut-être que tout ce qu’on peut trouver, c’est pourquoi on vit. »»

 

NB : Pour d’autres suggestions lecture, les articles des années précédentes sont par ici : top 10 de 2017, top 12 de 2018, top 10 de 2019, top 12 de 2020. Bonne lecture !

Tagué , , ,

6 réflexions sur “Mes lectures 2021 : le top 10 !

  1. launaguet dit :

    Salut !!!!
    Personnellement je suis absolument fan de Delphine de Vigan.
    Je te conseille vraiment « Rien ne s’oppose à la nuit ».
    Sinon, connais-tu Darrieussecq ?

    Bonne fêtes !!
    Didier

    • Hello ! Alors ça c’est drôle car je pensais justement à toi ce matin ; je me disais qu’il fallait que je t’envoie un mail pour prendre de tes nouvelles et savoir comment se passait votre installation dans votre nouvel home sweet home.
      Merci pour le conseil lecture, je n’ai pas lu « Rien ne s’oppose à la nuit » mais je note ! J’en ai eu de bons échos effectivement… Quant à Darrieussecq, non, je n’ai rien lu d’elle. Tu me conseilles un titre en particulier pour commencer ? J’ai vu qu’elle avait écrit sur l’Antarctique…
      Bises à vous deux et le mail suit !
      Aurélie.

  2. J’avais entendu parler de La grossesse en BD, en effet, c’est dommage qu’ils n’aient pas corrigé les fautes à la relecture! j’en ai noté plusieurs autres à chercher à la bibliothèque du quartier; pour ma part ‘jai eu pas mal de temps pour lire en attendant bébé mais maintenant il va être compté!

    • Mais non tu auras du temps pour lire lorsque bébé fera la sieste sur toi en mode « moule accrochée à son rocher » 😉 Tu as peut-être déjà testé d’ailleurs 😉 Bises !

  3. Tiphanya dit :

    Je ne prends quasiment plus le temps de lire des blogs. Du coup, quitte à être ici, j’en profite !
    Et j’ai réservé à la bibiothèque Piments zoizos. J’ai déjà entendu parler de ces enlèvements mais sans jamais vraiment creuser le sujet. Je trouve ça tellement horrible. Mais une BD me semble une bonne introduction.
    J’aimerai bien lire également « certaines n’avaient jamais vu la mer » mais j’ai peur que ce soit vraiment trop dur/triste.

    • Ah super ! Tu me diras ce que tu en penses. J’ai beaucoup apprécié cette BD.
      Quant à « certaines n’avaient jamais vu la mer », c’est vrai que le sujet est difficile, mais c’est écrit d’une manière agréable et originale.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :