Mes lectures 2019 : le top 10 !

« En me couchant, je pense que je n’aimerais pas mourir au milieu de la lecture d’un roman que j’aime. » – Valérie Perrin

Et voilà le grand retour du top 10 littéraire, cuvée 2019 ! Comme je vous le disais dans mon bilan 2019, j’ai moins lu cette année (32 livres seulement) mais j’ai tout de même fait de belles découvertes… largement de quoi faire un petit classement de mes dix livres préférés de l’année. Si vous avez des conseils lecture pour 2020, n’hésitez pas à les laisser en commentaire ! J’ai d’ailleurs repris la liste de vos conseils sur les articles de 2017 et 2018, j’ai pour projet de m’y pencher sérieusement cette année…

Pour rappel, le top 12 de 2018 est accessible ici, et le top 10 de 2017 ici.

10) Les victorieuses, de Laetitia Colombani

Solène est une avocate brillante, qui après avoir tout sacrifié à sa carrière se retrouve brutalement en burn-out. Sur les conseils de son psychiatre, elle postule pour faire du bénévolat en tant qu’écrivain public à « la maison des femmes », une maison qui accueille des femmes de toutes nationalités en situation de précarité sociale. A cette histoire se superpose celle de Blanche Peyron, capitaine de l’Armée du Salut, qui près d’un siècle plus tôt rêvait d’offrir un toit à toutes les femmes à la rue… Un livre qui se lit facilement, et qui m’a beaucoup appris sur la genèse de l’Armée du Salut !

« Oublier ses rêves d’enfant, c’est facile, il suffit de ne plus y penser. De les recouvrir d’un voile comme on recouvre d’un drap les meubles d’une maison qu’on s’apprête à quitter. »

9) Hypothermie, d’Arnaldur Indridasson

J’ai retrouvé avec plaisir Erlendur, inspecteur de la police islandaise dont nous avions fait la connaissance en 2011 lors d’un échange de livres au fin fond du Chili. Dans cette nouvelle enquête il se penche sur le suicide de Maria, retrouvée pendue dans son chalet du lac de Thingvellir. J’ai aimé retrouver ce héros, aussi bourru qu’attachant, et les paysages d’Islande que nous avions traversés lors de notre voyage de 2014.

« Fillette, elle écoutait le clapotis de l’eau, assisse seule au bord du lac.
Jeune femme, elle promenait son regard loin à la surface, goûtant toute la beauté et la clarté qui en émanaient. Agée, elle s’accroupit auprès de l’enfant et redevint une fillette, elle entendit le bruissement de ces mots, ce pardon murmuré et ce chuchotement porté par le lac : tu es mon enfant. »

8) D’après une histoire vraie, de Delphine de Vigan

Récit de la rencontre entre l’auteure, en panne d’inspiration, et une jeune femme écrivant pour les autres, ce roman avance sur la fine ligne séparant le réel de la fiction… Un texte habile, que j’ai pris plaisir à lire ! Merci à ma cousine qui me l’a offert 🙂

« Nous portons tous la trace du regard qui s’est posé sur nous quand nous étions enfants ou adolescents. Nous la portons sur nous, oui, comme une tache que seules quelques personnes peuvent voir. […]  Les regards de nos parents, des autres adultes, des autres enfants sont tatoués sur nos peaux. Il nous a fallu composer avec. Et parfois sans. »

7) La panthère des neiges, Sylvain Tesson

Ce livre, offert par une amie, m’a emmenée sur les hauts plateaux tibétains, avec Sylvain Tesson et ses co-voyageurs : Vincent Munier, photographe animalier passionné, sa compagne Marie, et le philosophe aide de camp Léo. On y guette la panthère des neiges, bien sûr, mais on y observe également la faune, le temps, et ses pensées durant les longues heures d’attente. Un texte contemplatif, qui se lit petit à petit, ce qui correspond bien à son sujet. Evidemment, il m’a donné envie d’y aller 😉

« Des loups hurlèrent, loin, vers le couchant, par-delà le col.
– Ils chantent préféra dire Munier, ils sont au moins huit.
Comment pouvait-il le savoir ? Je n’entendais qu’un même lamento. Munier poussa un hurlement. Au bout de dix minutes, un loup répondit. S’établit alors ce que je garde comme une des plus belles conversations tenues par deux êtres vivants certains de ne jamais fraterniser. « Pourquoi nous sommes-nous séparés ? » disait Munier. « Que me veux-tu?  » disait le loup.
Munier chantait. Un loup répondait. Munier se taisait, le loup reprenait. Et soudain l’un d’eux apparut sur le col le plus haut. Munier chanta une dernière fois et le loup galopa dans le versant vers notre position. Farci de lecture médiévale – fables du Gévaudan et romans arthuriens -, je ne trouvais pas du tout agréable la vision d’un loup fonçant vers moi. Je me rassurais en regardant Munier. Il avait l’air aussi inquiet qu’une hôtesse d’Air France dans les turbulences.
– Il va s’arrêter d’un coup devant nous, murmura-t-il juste avant que le loup ne se fige à cinquante mètres.
Il prit la tangente, et nous coiffa par un long cheminement, trottant à niveau, la tête tournée vers nous rendant les yacks fébriles. »

6) Les Culottées, de Pénélope Bagieu

Cela faisait bien longtemps que je voulais lire ces albums ; quelle joie lorsque l’une de mes collègues me les a prêtés ! Je n’ai pas été déçue… J’ai aimé découvrir ces destins de femmes, parfois connues, parfois moins, mais qui toutes à leur manière ont eu le courage de briser les codes et les carcans de leurs époques et de leurs milieux. De beaux exemples, souvent très inspirants !

« Il est systématiquement précisé (et souligné comme un fait inouï) que Wu Zetian était « redoutable », « ambitieuse » et « intransigeante ». Des traits de caractère communs (et valorisés) chez à peu près tous les empereurs de l’histoire… mais visiblement moins faciles à digérer chez une impératrice. »

5) Il est grand temps de rallumer les étoiles, de Virginie Grimaldi

C’est encore une amie qui m’a prêté ce livre, en me disant « il va te plaire… » Et bingo, direct dans le top 10 😉 Ce livre raconte l’histoire d’Anna, qui croule sous les dettes et ploie dans un quotidien bien plus gris que ses rêves. Elle décide alors de partir avec ses deux filles pour deux mois sur les routes, en direction du cap Nord. J’ai aimé cette histoire qui se lit facilement, pleine d’humour, et qui m’a ramenée dans certains endroits de Norvège et du Danemark que je connais.

« Tout au long de notre vie, on juge ce qui nous arrive, on se réjouit, on se lamente. Pourtant, on ne saura qu’au dernier moment s’il y avait lieu de se réjouir ou de se lamenter. Rien n’est figé, tout évolue. »

4) Call me by your name, d’André Aciman

J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce livre. J’ai failli le refermer cent fois, mais j’en avais entendu tellement de bien que je me suis accrochée… Et puis voilà, il se retrouve finalement en bonne place dans ce top 10 ! S’il m’a semblé lent à démarrer, ce livre devient ensuite impossible à lâcher… C’est l’histoire de la rencontre d’un adolescent avec l’un des étudiants de son père, l’histoire d’une admiration qui se transforme peu à peu en passion amoureuse, le temps d’un été dans la moiteur d’une campagne italienne brûlée de soleil. A lire, sans hésiter… Et comme je n’ai jamais réussi à me décider entre ces deux citations, je vous mets les deux 😉

« Motus, ne rien dire, et si vous ne pouvez pas dire « oui », ne dites pas « non », dites « plus tard ». Est-ce pourquoi les gens disent « peut-être » quand ils veulent dire « oui », en espérant que vous penserez que c’est « non » alors qu’en réalité ils veulent dire : « S’il te plaît, demande-moi encore, et encore ? » »

 

« Écoute, me devança-t-il. Tu as eu une belle amitié. Peut-être plus qu’une belle amitié. Et je t’envie. À ma place, la plupart des parents espéreraient que tout cela passe vite, ou que leur fils retombe rapidement sur ses pieds. Mais je ne suis pas un tel parent. S’il y a du chagrin, chéris-le, et s’il y a une flamme, ne l’éteins pas, ne sois pas brutal avec elle… Le manque peut être une chose terrible quand il nous tient éveillé la nuit, et voir les autres nous oublier plus vite qu’on ne voudrait être oublié n’est pas mieux… Nous arrachons tant de nous-mêmes pour guérir plus vite qu’il ne le faut, qu’à trente ans nous sommes démunis et avons moins à offrir chaque fois que nous commençons avec quelqu’un de nouveau. Mais ne rien ressentir pour ne rien ressentir – quel gâchis ! »

3) Changer l’eau des fleurs, de Valérie Perrin

Après avoir été garde-barrière, Violette est maintenant gardienne de cimetière. Vêtue de noir au-dessus et de couleurs chatoyantes au-dessous, elle nous emmène dans son histoire, ses pensées, et dans celles de ceux qui passent par son cimetière, pour un jour ou pour toujours… Je n’avais jamais entendu parler de ce livre lorsque je suis tombée dessus dans les allées de la Fnac. Le titre et la couverture m’ont interpellée, je l’ai acheté… et littéralement dévoré. Les histoires s’entremêlent, certaines cocasses, d’autres tristes, l’écriture est fluide, et ce livre aborde avec finesse des sujets pas évidents… Une belle découverte de cette année 2019, que je vous recommande, et que Benoît valide également 😉

 « Il y a plus fort que la mort, c’est le souvenir des absents dans la mémoire des vivants. »

2) Petit pays, de Gaël Faye

Le petit pays, c’est le Burundi, où Gaby grandit dans les années 1990. La vie s’écoule doucement dans un quartier privilégié, entre amitiés d’enfance et parfums tropicaux. Et puis, la guerre arrive du Rwanda voisin… Un texte superbe, où l’on retrouve la douceur de l’enfance, le goût des mangues et l’odeur des jacarandas en fleurs… jusqu’à ce que ce paradis vole en éclat. Une lecture indispensable…

« La guerre, sans qu’on lui demande, se charge toujours de nous trouver un ennemi. Je pensais être exilé de mon pays. En revenant sur les traces de mon passé, j’ai compris que je l’étais de mon enfance. Ce qui me paraît bien plus cruel encore. »

1) Les huit montagnes, de Paolo Cognetti

Pietro, 11 ans, est un enfant de la ville. Sa connaissance du monde se résume à Milan, ville bruyante et sale, où il vit. Un été, ses parents décident de partir passer les vacances dans les montagnes du Val d’Aoste. Il y rencontre Bruno, 11 ans aussi, un enfant des alpages et de la montagne, qui va l’initier à ce monde inconnu… Un superbe texte sur l’amitié, la montagne et la filiation, que je ne saurais que trop vous recommander, et mon coup de cœur absolu pour 2019 !

 « Tu le vois le torrent ? dit-il. Mettons que l’eau, c’est le temps qui coule : si l’endroit où nous sommes, c’est le présent, tu dirais qu’il est où l’avenir ? »
Je réfléchis. Cette question-là me paraissait déjà plus facile. Je répondis ce qui me paraissait le plus évident : « L’avenir est du côté où l’eau descend, en contrebas.
– Faux, décréta mon père, et heureusement ! »

(et si vous voulez connaître la réponse à cette question, il vous faudra lire le live ;-))

Tagué , , ,

10 réflexions sur “Mes lectures 2019 : le top 10 !

  1. Delphine dit :

    J’aime toujours tes bilans, qu’ils soient littéraires ou de l’année ! Très inspirants !

    Bises et très belle année à vous deux, pleine de magie, de découvertes et de joie de vivre !

    • Merci pour cet adorable message, qui me touche beaucoup ! La période se prête bien aux bilans, divers et variés, et j’aime prendre le temps de les écrire… Bises à vous aussi, et une très belle année 2020 à vous, pleine de bonheur et de voyages 🙂

  2. Coralie dit :

    Coucou Aurélie !
    Vive la lecture et vive les classements 🙂
    Je valide totalement pour Les culottées et pour D’après une histoire vraie. J’aime beaucoup Delphine de Vigan, ça m’amène à te conseiller Rien ne s’oppose à la nuit (peut-être l’ai-je déjà fait) qui est bouleversant.
    J’avais déjà pour projet de lire Petit Pays et La panthère des neiges, ça confirme mon envie.
    Un autre conseil de lecture : Rebecca de Daphné du Maurier, que m’a conseillé une amie et que j’ai beaucoup apprécié.
    Bise

    • Coucou 🙂
      Je crois qu’effectivement tu m’avais déjà conseillé « Rien ne s’oppose à la nuit », mais je ne l’avais pas noté… Je le rajoute sur ma liste de lecture. Quant à Rebecca, je l’ai lu ado et j’avais beaucoup aimé mais je m’en souviens mal, je pourrais le relire !
      Je pense que Petit Pays et la panthère des neiges te plairont. Et si tu n’as pas lu Les huit montagnes, rajoute-le absolument sur ta liste… D’ailleurs je peux te prêter ces trois livres si tu n’es pas pressée de les lire ! Bises et bon dimanche 🙂

      • Coralie dit :

        Avec plaisir pour Petit Pays et Les huit montagnes (La panthère des neiges est déjà dans ma liseuse ;). Bon dimanche à toi et Benoit, bises

      • 🙂 ça marche je te les mets de côté ! Bises et bon dimanche à toi aussi ! Moi je bosse mais c’est plutôt calme, pourvu que ça dure…

  3. Je suis d’accord pour les Huit montagnes….. Très beau roman d’une amitié masculine, c’est rare et quelle plume 🙂

  4. Maman Voyage dit :

    De ta liste je n’ai lu que « Petit Pays » mais c’est mon coup de coeur absolu de l’année 2019 ! Je vais tester numéro 1 et j’imagine que la langue originale est l’italien ce qui me convient encore plus ! Merci pour cette revue !

    • Heureuse que tu aies aimé ce livre ! Il m’a beaucoup touchée, et j’ai trouvé que Gaël Faye avait un véritable talent pour raconter l’atmosphère africaine…
      Oui je pense que tu trouveras sans difficulté les huit montagnes en italien. Tu me diras ce que tu en as pensé 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :