Une nuit de bivouac à la Roche Ecrite (5 et 6 mai 2018)

Avec le début de l’hiver austral, ce sont les possibilités de randonnée qui explosent… Il pleut (normalement) moins, les chemins sont secs, il fait moins chaud, bref c’est la bonne saison pour attraper ses chaussures de marche et partir à l’attaque des sentiers réunionnais.

Pour ce premier WE post-reprise, direction la Roche-Ecrite, en bivouac s’il vous plaît. Ce sommet est l’un des plus proches de Saint-Denis, et pourtant nous n’y étions jamais allés. Cela faisait des mois que je rêvais d’y bivouaquer… Nous partons donc en bus, chargés comme de petits mulets, avec les sacs de couchage, le réchaud, la tente… Une étape au Port et un deuxième bus plus tard nous arrivons à dos d’Ane, où débute le sentier. C’est bien plus raide que ce à quoi nous nous attendions, et avec notre chargement nous grimpons dans la douleur. Nous mettons quasiment deux fois plus de temps que ce que les panneaux indiquent ! Enfin, on s’accroche malgré tout… la paysages sont chouettes, cela nous motive. Au début nous avons une belle vue sur le cirque de Mafate, et puis en deuxième partie de rando c’est plus de la forêt, avec des bambous, des lianes, des orchidées qui poussent sur des troncs renversés… La nature réunionnaise dans toute sa beauté et sa luxuriance !

D’un côté, Mafate…

… de l’autre, les cultures des hauts de la Possession

Nous arrivons au gîte un peu avant le coucher du soleil ; on hésite un moment à planter la tente là, mais ce serait décevant, alors on fait juste une pause coca/bière et on repart à l’assaut du sommet. Cette dernière partie restera je crois dans mes meilleurs souvenirs de rando… Je me sens hors du temps, hors de tout, seul compte l’instant présent, Benoît à côté de moi, le bambou dans ma main, la pierre sous mes pas, la voie lactée au-dessus de moi. Un moment de perfection absolue comme je les aime tant…

Nous finissons par arriver, hip hip hip hourra ! We did it 🙂 Petite déception toutefois, il y a un groupe qui bivouaque en haut ! Nous n’aurons pas Roche Ecrite pour nous, en tout cas pas cette fois… Nous trouvons un petit coin plat et au calme où nous montons la tente. Le froid est bien tombé, il doit faire dans les 9°C, on s’agite pour ne pas avoir trop froid. Une bonne purée plus tard je retourne voir la vue depuis le sommet, et je découvre au loin le nuage rougeoyant du volcan en éruption, sous la lumière des étoiles… C’est superbe, je pourrais rester des heures là.

Nous passons une bonne nuit dans notre (pas si) petite tente, et le lendemain nous sommes aux premières loges pour admirer le lever du soleil. Quelle vue ! Il y a quelques nuages, mais nous voyons bien le cirque de Salazie et le piton des Neiges… Je suis conquise, pour moi c’est l’une des – si ce n’est LA – plus belles vues de la Réunion. Nous petit-déjeunons face à la vue, le bivouac ça me gagne 😉

Lever de soleil…

… quand l’ombre des sommets progresse sur les flancs des montacles éclairées

Au loin, le piton de la Fournaise et le nuage de l’éruption

A gauche le cirque de Salazie, à droite Mafate… et au milieu, le piton des Neiges !

Petit-déj’ !

Nous redescendons ensuite tranquillement, en profitant du paysage que nous n’avions pas vu à l’aller. Nous faisons quelques arrêts, ici pour voir une grotte naturelle, là une petite mare… Au gîte nous prenons un autre sentier qu’à l’aller ; nous ne voulions en effet pas faire un aller-retour, mais plutôt rentrer par un autre chemin. Nous prenons donc la direction du Brûlé. Nous traversons encore de bien belles forêts ; quelques arbres couchés témoignent de la force des intempéries du début d’année. On fatigue un peu, et il est plus dur de se motiver sur le chemin du retour. On se dit qu’on reviendra moins chargés, pour plus en profiter.

Ue autre vue sur Mafate et le piton des Neiges en arrière-plan

Lichens circulaires

Pause purée au bord du chemin 😉

Nous finissons par arriver à Mamode Camp, où il y a un parking/aire de pique-nique. Une dame part justement en voiture, nous tentons notre chance et victoire, elle nous dépose quelques kilomètres plus bas à un arrêt de bus… qui ne passe que dans une heure, dommage. Nous tentons alors le stop, et en dix minutes nous sommes pris par un couple de randonneurs qui nous lâche à 15 minutes à pied de la maison. Vive le stop !

La fin de journée se passe en mode tranquille, nous sommes exténues de cette rando, mais fiers d’avoir réussi à bivouaquer au sommet de la Roche Ecrite ! Voilà un rêve devenu réalité 🙂 Il va juste falloir s’équiper en matériel plus léger, afin de pouvoir remettre ça en étant moins chargés…

Thé-macaron, une valeur sûre en post-rando !

Publicités
Tagué , , , ,

3 réflexions sur “Une nuit de bivouac à la Roche Ecrite (5 et 6 mai 2018)

  1. anoushapati dit :

    Encore une fois, ça avait l’air super 🙂

  2. […] nous ne nous en privons pas. Nous avons notamment fait de beaux bivouacs ces derniers temps (à la Roche Ecrite, au Maïdo, au volcan), c’est fantastique de pouvoir partir comme ça et dormir au cœur de la […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :