Trois jours de road-trip en Brocéliande, #1 (du 6 au 9 juin 2014)

Les dernières semaines ont été vécues en mode « war machine », et entre le rush du rendu de mémoire (terminé, imprimé, relié et posté le jeudi férié de l’Ascension, rien que ça c’était un challenge…), l’émotion de l’enterrement et la reprise du boulot sur les chapeaux de roue, nous n’étions pas fâchés d’avoir trois journées off à l’occasion de la Pentecôte, histoire de nous poser voyager un peu. Au programme, un road trip en Bretagne, à la découverte de la forêt de Brocéliande. J’y étais déjà allée en 2004 avec ma grand-mère, à l’occasion d’une semaine de voyage mémorable, et j’en avais un excellent souvenir…

Le départ le vendredi soir ne fut pas de tout repos, entre la voiture à récupérer à un endroit, les papiers à un autre, le tout dans un contexte d’accident ferroviaire bloquant une partie des transports en commun. Enfin, nous avons finalement réussi à nous retrouver dans la voiture, avec le plein fait et le pique-nique du soir, et en route pour l’aventure !

Pour cette première soirée nous avions décidé de couper la route en deux, l’objectif étant de partir dès ce soir afin de nous avancer en termes de kilomètres. Il fait chaud (38°C à 20 heures passées) mais l’heure relativement tardive nous permet d’échapper aux bouchons de départ en WE prolongé, et nous avons droit à un beau coucher de soleil sur la Beauce.

P2430759

Deux cents kilomètres plus loin nous nous installons au F1 du Mans. C’est loin d’être une réussite, l’hôtel est plein de groupes et l’insonorisation, aussi bien entre les chambres qu’entre les étages, est absolument nulle. On ne vous conseille pas cet hôtel… Nous sommes contents d’avoir prévu les boules Quiès !

Le samedi nous reprenons la route sous un beau soleil. Nous retrouvons les vacanciers partis de Paris ce matin, et les aires de repos sont souvent bien pleines ! Nous arrivons à Plélan-le-Grand en début d’après-midi, nous voilà en Brocéliande… Plélan est une petite ville toute mignonne, présentant de plus l’indéniable avantage de posséder un grand Super U où nous nous arrêtons pour faire quelques courses.

P2430784

L’église de Plélan-le-Grand

L’église de Plélan-le-Grand

La route qui mène ensuite à Paimpont, notre destination, traverse la forêt ; par moments on se sent comme dans un tunnel de verdure. Brocéliande, here we are ! Paimpont est l’une des « portes d’entrée » dans la forêt, et l’office du tourisme est très efficace. Nous récupérons rapidement une liste de campings dans les environs et nous choisissons le camping d’Aleth, situé à 5km de là, à Saint-Malo de Beignon. Le propriétaire du camping est passionné par les USA en mode « western » et tout le camping est décoré dans un style « cowboys et Indiens » assez suprenant, mais très chouette. Nous plantons la tente et attaquons le pique-nique, à 16 heures il était temps !

P2430791

Dans le fabuleux monde de Benoît, on achète les framboises par cagettes entières... et qu'est-ce que c'est bien !

Dans le fabuleux monde de Benoît, on achète les framboises par cagettes entières… et qu’est-ce que c’est chouette !

Près de notre tente, un Indien monte la garde

Près de notre tente, un Indien monte la garde

Eléments du décor

Eléments du décor

Nous partons ensuite pour notre première grande balade dans la forêt de Brocéliande. Nous avons acheté un petit fascicule à l’office du tourisme, regroupant les lieux intéressants dans la forêt, et nous commençons aujourd’hui par une balade censée nous mener jusqu’au tombeau de Merlin, en passant par la fontaine de Jouvence et par un chêne plusieurs fois centenaire. Après réflexion nous décidons (pour une raison qui aujourd’hui m’est obscure…) de faire le tour en sens inverse du sens normal. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Bref, déjà que la signalisation du parcours n’est pas extraordinaire dans le bon sens, autant vous dire que dans le sens inverse c’est bien galère…

L’un de nos premiers arrêts est l’étang de la Marette, si lisse qu’il reflète parfaitement les nuages, c’est absolument magnifique. Le chemin alterne ensuite entre forêt et prairies. Nous croisons des vaches, des chèvres… Il y a pas mal de fleurs également, notamment de superbes digitales.

L'étang de la Marette

L’étang de la Marette

P2430861

P2430865

Nous arrivons ensuite à la Fontaine de Jouvence, ainsi nommée parce que les druides y recensaient chaque année au solstice d’été les enfants nés dans l’année. Il arrivait que certains enfants ne puissent être présents, on les recensait alors au solstice de l’année suivante comme des nouveaux nés de l’année alors qu’ils avaient déjà un an. Voilà pourquoi cette fontaine fait rajeunir… A côté se trouve une étonnante carrière de schiste rouge pleine de stupas de pierre.

La fontaine de Jouvence

La fontaine de Jouvence

La carrière de schiste rouge

La carrière de schiste rouge

Quelques centaines de mètres plus loin nous arrivons au tombeau de Merlin, le célèbre enchanteur, fils d’une jeune fille pieuse et du Diable. Ce monument n’a de tombeau que le nom, puisque l’on dit que Merlin se balade toujours dans la forêt, s’arrêtant ici de temps de temps pour se reposer.

Le tombeau de Merlin

Le tombeau de Merlin…

P2430886

… sur lequel on distingue quelques offrandes

La fin du parcours est vraiment compliquée à suivre. Nous finissons par couper par la route, et arrêtons une famille de cyclistes afin de confirmer notre position. A notre grande surprise, ils nous décrivent parfaitement notre voiture et nous disent où elle est ! Nous comprenons mieux lorsque nous arrivons au parking, nous étions les derniers… Nous repartons à pied du parking pour la dernière petite boucle de la journée, à la recherche du chêne des Hindrés. Le soleil couchant transperce les feuillages et illumine la forêt de teintes mystérieuses, je me sens vraiment au cœur d’une forêt magique… Nous n’avons pas de mal à reconnaître le chêne, c’est le plus majestueux de coin, et avec ses superbes branches il porte beau ses cinq siècles…

P2430910

Le chêne des Hindrés

Le chêne des Hindrés

Des fougères poussent sur les branches centenaires

Des fougères poussent sur les branches centenaires

La suite de notre journée est bien différente de ce que nous avions imaginé. Partis pour nous faire un petit dîner en amoureux en terrasse, nous nous retrouvons finalement à débattre assez vivement de végétarisme avec notre voisin de table, avant d’aller applaudir un concert de rock dans une grange perdue au milieu de nulle part, tapissée d’affiches pour des tracteurs des années 50, en buvant des bières Monaco. J’aime 🙂

téléchargement

Publicités
Tagué , , , , , ,

6 réflexions sur “Trois jours de road-trip en Brocéliande, #1 (du 6 au 9 juin 2014)

  1. Géraldine dit :

    Ho ouais, à fond dans les contes de fées !! Enfin, sauf quand on arrive à la fin… 😉 Qu’est-ce que ce coin a l’air beau, hâte de lire la suite !

  2. Stefan Tanned dit :

    J’aime bien l’endroit même si c’est pas mon style. Les photos sont sympa et j’aime bien le fait de voir cet aspect conte de fées 😀

  3. chipougwen dit :

    c’est dommage que vous ne m’ayez pas contacter, j’ai une chambre d’ami à 2km du formule 1 du Mans ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :