[Transcanadian trip J19 et J20] – Sur les routes d’Acadie (19 et 20 août 2019)

Dans un songe, aussitôt, il vit, comme autrefois,
La terre d’Acadie et ses verdoyants bois
Et ses ruisseaux d’argent, ses prés et ses villages
Et le toit de son père au milieu des feuillages,
Et son Évangéline allant à son coté,
Dans toute sa jeunesse et toute sa beauté

(Evangéline, Longfellow)

Le lundi 19, c’est le début de notre roadtrip en Nouvelle-Ecosse ! Nous avons loué une voiture pour quatre jours, afin de découvrir un peu la côte. La récupération de la voiture se passe bien, et après un gros plein de courses nous nous mettons en route. Notre première étape n’était pas prévue, mais je n’ai pas pu résister à ce nom aperçu sur ma carte : Frog Lake ! Nous nous garons et faisons une jolie balade en forêt autour de ce petit lac, où nous ne voyons toutefois pas de grenouilles 😉 Nous pique-niquons à côté, au pied de la Dingle Tower, une tour fortifiée. Le coin est beaucoup plus touristique et fréquenté que ce à quoi nous nous attendions, alors nous ne nous attardons pas trop.

Petit-déjeuner au Farmer’s Market d’Halifax avant de récupérer la voiture

Frog Lake

Dingle Tower

Nous continuons ensuite jusqu’à Herring Cove, où se trouve un parc naturel avec des sentiers de marche. Nous nous baladons entre forêt et océan, c’est très joli. Au loin on distingue Halifax dans la brume. Cela fait du bien de marcher un peu !

Herring Cove

Cormoran…

… et crocodile 😉

Petite pause thé/café chez Pavla, un agréable café où nous papotons un bon moment avec le père du propriétaire.

Notre troisième étape du jour est pour Peggy’s Cove, sans doute le port et le phare les plus photographiés des environs de Halifax. C’est vrai que l’endroit est mignon comme tout, avec son grand phare, les vagues qui se cassent sur les rochers, et les bateaux de pêche multicolores. Il fait assez gris et il est déjà tard alors une bonne partie des touristes est déjà partie lorsque nous arrivons, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Il existe un tampon officiel de la ville mais ils ne veulent le faire que sur les passeports (or les nôtres sont déjà bien pleins…) ou sur des cartes postales à envoyer immédiatement, alors on renonce…

Le phare de Peggy’s Cove

Nous reprenons ensuite la route jusqu’à notre hébergement pour la nuit, une petite cabane du côté de Vaughan. Elle a été construite par nos hôtes sur leur terrain, à quelques dizaines de mètres de leur maison. Nous aimons bien ce système, à la fois nous avons notre intimité complète et en même temps en cas de besoin nous ne sommes pas trop loin de nos hôtes. Nous arrivons à 20H30 et on sent qu’il n’aurait pas fallu arriver plus tard, nos hôtes ont l’air de se coucher bien tôt 😉 On se dépêche de prendre nos douches (la salle de bains est dans la maison principale) et on les laisse se reposer pendant que nous faisons notre petite vie chez nous !

En route vers le AirBNB

Notre cabane dans les bois !

Le lendemain nous partons assez tôt car Benoît a repéré une visite guidée de Grand Pré à 10H30. Nous arrivons en effet sur les terres acadiennes, dont Grand Pré est l’un des villages emblématiques. En chemin nous faisons un arrêt à Fort Edward, où nous rencontrons une charmante guide ravie de parler un peu français.

Fort Edward

Jolie fresque à côté

Vu en chemin… on adhère !

Nous ne connaissions pas grand-chose à l’Acadie avant d’arriver dans la région (bon, sauf la chanson « tous les Acadiens, toutes les Acadiennes… » que j’avais apprise à l’école !) et c’est avec beaucoup d’intérêt que nous en apprenons plus sur l’histoire de cette région. Fondée en 1604, et peuplée à partir de l’ouest de la France, l’Acadie fut l’une des premières régions de peuplement européen en Amérique du Nord. Durant plus d’un siècle les Acadiens vécurent en harmonie avec les Mi’kmaq (les autochtones)  ; des mariages entre les deux communautés eurent même lieu. Et puis, au fil du temps, avec l’arrivée et le conflit entre les Français et les Anglais, il fut de plus en plus difficile pour les Acadiens de conserver leur neutralité dans ce territoire très convoité. Ils réussirent malgré tout à cohabiter plus ou moins paisiblement durant plusieurs décennies avec les Anglais. Et puis, en 1755 les Anglais organisèrent la Grande Déportation, obligeant des milliers d’Acadiens à quitter leurs maisons pour aller s’exiler soit en Europe (que ces générations n’avaient jamais connue) ou ailleurs sur la côte nord-américaine, jusqu’à la Nouvelle-Orléans. Les Cajuns descendent ainsi directement des Acadiens. Ce n’est que huit ans plus tard que les Acadiens eurent le droit de revenir en Acadie, mais leurs maisons avaient été brûlées, leurs champs récupérés par les Anglais… Tout cela n’empêcha pas un bon nombre d’entre eux de se réinstaller dans la région. L’histoire de l’Acadie c’est une histoire de résilience, et aujourd’hui beaucoup de drapeaux acadiens flottent fièrement au-dessus des maisons de la région !

La visite guidée de Grand Pré est très intéressante et nous montre toute l’ingéniosité dont les Acadiens ont fait preuve en terme d’agriculture : immense digue construite pour préserver les champs des marées (particulièrement hautes dans la région), rigoles d’évacuation des eaux de pluie… Nous découvrons également l’église dans laquelle l’annonce de la Grand déportation fut faite en 1755, et dans laquelle des dizaines d’Acadiens furent retenus plusieurs jours durant. Devant l’église trône la statue d’Evangéline, l’héroïne (fictive) du poème de Longfellow racontant l’histoire d’Evangéline et de son amant Gabriel, séparés lors de la Grande Déportation et qui n’auront de cesse d’essayer de se retrouver. Le site dans son ensemble est magnifique, avec une très belle végétation, des champs à perte de vue et l’océan dans le lointain.

L’église de Grand Pré

Tableau dans l’église, illustrant le début de la Grande déportation

Evangéline

Balade dans le joli parc du musée

La maison du docteur !

Pause thé/cookies face à la vue

Il est 14H30 passées lorsque nous quittons Grand Pré ; c’est bien plus tard que ce que nous avions prévu, mais le lieu nous a passionnés… et puis n’est-ce pas là toute la liberté et la beauté des roadtrips, pouvoir s’arrêter et changer les plans à l’infini ? Nous ne repartons pas les mains vides, l’équipe du musée a gentiment accepté de remplir nos cups d’eau chaude, ce sera notre thé du jour.

Notre étape suivante est pour Wolfville. J’avais lu que le Farmer’s Market était très chouette et je voulais y faire un tour. Il est malheureusement fermé aujourd’hui mais le front de mer est agréable, et puis nous nous baladons un peu sur le campus de l’université d’Acadie, seule université francophone de la province. C’est un véritable campus à l’américaine, avec de grands espaces verts. Last but not least, Benoît nous déniche une petite bonbonne de gaz en prévision de nos nuits de camping la semaine prochaine, voilà une bonne chose de faite !

Arrivée à Wolfville…

… où des raies se cachent dans les bosquets !

Se faufiler dans le Farmer’s Market fermé : done ! (n’est pas experte des marchés qui veut…)

Sur le campus de l’université d’Acadie

Nous poursuivons ensuite jusqu’à Halls Harbour, un petit port qui plaît beaucoup à Benoît. C’est vrai qu’il est adorable, avec son ponton et ses maisons de bois, et il est bien moins touristique que Peggy’s Cove. Par contre j’avais lu un article où la blogueuse s’extasiait de la « magnifique plage de sable noir », je ne sais pas bien ce qu’elle avait fumé avant d’écrire mais bon, c’est plus des graviers sombres que du sable noir ^^

Halls Harbour

Notre dernier arrêt du jour est pour Annapolis Royal ; nous arrivons malheureusement trop tard pour visiter le jardin botanique mais la lumière sur la rivière est superbe, et nous faisons une jolie balade le long du French Basin.

French Basin

Ce soir, nous dormons à côté de Bear River, dans une maison donnant sur un lac semi-privé. C’est immense, très propre, et notre hôtesse est adorable. Elle nous a préparé plein de petites attentions, du popcorn à faire au micro-ondes, de l’eau au frigo, des chocolats… Cela m’a pris du temps à organiser mais je suis vraiment contente de mes réservations AirBNB sur ce roadtrip 😉

Tagué , , , , , , , ,

5 réflexions sur “[Transcanadian trip J19 et J20] – Sur les routes d’Acadie (19 et 20 août 2019)

  1. Coralie dit :

    Comme c’est joli pour ça ! Et c’est intéressant d’en savoir un peu plus sur l’histoire de l’Arcadie (comme toi je ne connaissais que la comptine 😉

  2. laurianne132 dit :

    Coucou, je dois dire que cela me fend le cœur de te lire car ce sont tous les endroits où nous devions aller que tu décris ! Particulièrement Wolfville où je voulais aller voir la statue d’Evangeline afin de boucler la boucle de la Grande Déportation : nous avions été à Martinville en Louisiane en 2016 où elle a attendu pendant de longues années son chéri sous un chêne et où l’on peut aussi voir sa statue… En remplacement du Canada, nous avons passé une semaine très chouette en Alsace qui nous a fait le plus grand bien, moralement et physiquement. J’espère que vous avez repris le train train sans trop de difficulté ! Bisous à vous deux

    • Coucou ! Je comprends ta déception… ce n’est que partie remise ! Je te souhaite de vite pouvoir regaloper, afin de pouvoir bientôt faire ce beau voyage vous aussi. La région vous plaira, pour sûr !
      Je vous fais de gros bisous et j’espère que nous pourrons nous voir en décembre !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :