[Transcanadian trip J5, J6 et J7] – Deux jours et demi en train, de Vancouver à Winnipeg (du 5 au 7 août 2019)

Le lundi 5 août, c’est le grand départ ! Direction Pacific Central, la grande gare de Vancouver, pour embarquer à bord du transcanadien. C’est un voyage de 52 heures qui m’attend, deux zones horaires traversées, jusqu’à Winnipeg à travers les montagnes Rocheuses. C’est un voyage que je voulais faire depuis longtemps, et j’oscille entre appréhension (cela va être mon plus long voyage ever !) et excitation…

Première impression, le train est bien plus vieillot que ce que j’imaginais. Les wagons, entièrement métalliques à l’extérieur, sont assez démodés à l’intérieur… J’espérais avoir deux places pour moi, mais le train est quasiment complet. Le steward en charge de la classe éco attribue les places lorsque les gens montent à bord. Il fait mine de vouloir m’installer près d’un groupe de backpackers que j’avais déjà fui dans la salle d’attente tellement ils étaient bruyant, alors je décline… pas discrètement du tout je le crains ! Mais là ce n’était pas possible… Bref, le steward râle mais je finis par avoir une place plus loin dans le train, à côté d’une jeune fille qui vient de terminer ses études de cinéma et fête cela avec ce voyage. Cela me convient nettement mieux comme voisine, surtout pour deux jours et demi ^^

Nous quittons Vancouver bien à l’heure, et c’est parti ! Je visite mon domaine pour les jours à venir ; il y a deux wagons de classe éco (120 sièges en tout) et un wagon comprenant un petit salon, le restaurant et l’espace panoramique, avec un toit et des parois vitrés. Et puis… c’est tout, les passagers de classe éco n’ayant pas le droit d’aller dans les wagons-couchettes (et vice-versa d’ailleurs).

La salle de restaurant

Le petit salon avec à l’étage l’accès à la partie panoramique

Wagon panoramique

Mes habitudes de longs voyages reviennent vite ; le temps est rythmé par les repas et les pauses thé, les petites activités faites une par une pour remplir le temps au maximum. Entre deux, je me pose dans le wagon panoramique pour admirer le paysage, je papote avec les autres voyageurs, je cherche des ours…  J’en vois d’ailleurs un, au bord de la rivière Fraser le premier jour, grâce à mon voisin de devant qui s’est soudain mis à brailler « Bear, bear ! » Merci à lui ^^ Les ours ici, c’est comme les baleines en Antarctique : il faut dire quand on en voit 😉 Le lendemain je verrai également 3 cerfs et 3 biches.

Les ramens, une valeur sûre !

Petit-déj’ face à la vue

Des artistes sont également invités à bord du train ; ils voyagent gratuitement et font profiter les passagers de leur art. Sur ce train nous avions un musicien !

J’ai beaucoup apprécié durant ce voyage de voir « en direct » l’évolution du paysage. C’est vraiment la supériorité du train sur l’avion… De Vancouver, nous avons rapidement quitté la ville pour nous retrouver en pleine nature, le long de la rivière Fraser, puis dans les Rocheuses. Une fois les Rocheuses traversées, ce sont les grandes plaines qui se sont offertes à nous, jusqu’à ce que le paysage se ré-urbanise à l’approche de Winnipeg. J’ai eu de la chance niveau météo, nous avons eu de belles journées dans l’ensemble, avec de beaux couchers de soleil. Des moments inoubliables !

Sortie de Vancouver

« Devil bridge »

Première nuit dans le train, au coeur des Rocheuses

Deuxième matin

Magnifique coucher de soleil le deuxième soir

Au coeur des grandes plaines, le matin du troisième jour

Au Canada, les voies ferrées étant privatisées, le fret est prioritaire sur les trains de passagers. Du coup, alors que nous étions bien à l’heure jusqu’à Jasper, nous nous retrouvons coincés sur la voie peu avant Evansburg… Nous devons attendre le passage de plusieurs trains de fret. Ces trains de containers sont incroyablement longs ; j’ai fait un petit film du passage d’un train de fret depuis le wagon panoramique, et le film dure… cinq minutes !!! Le retard s’accumule rapidement et se maintiendra ensuite à 5-6 heures durant tout le trajet. Apparemment c’est habituel… et une fois de plus, je me dis que nous avons de la chance d’avoir la SNCF en France ! Quand je pense qu’en France à partir de 30 minutes de retard on a droit à une compensation financière… Ici, 5 heures, et nada. On va dire que cela fait partie de l’expérience 😉

Quand le train de fret arrive…

Petite pause cigarette proposée par notre gentil steward alors que nous étions bloqués en pleine voie depuis des heures… J’en ai profité pour aller me dégourdir les jambes !

Le voyage est entrecoupé de quelques escales durant lesquelles nous pouvons descendre du train. Nous nous arrêtons ainsi une grosse heure à Jasper (pas de chance, il se met à pleuvoir pile lorsque nous arrivons), 45 minutes à Saskatoon, 20 minutes à Melville… Cela permet de faire un tour dehors, de visiter rapidement et surtout de respirer de l’air frais et de se dégourdir les jambes ! Nous devions également nous arrêter un peu à Edmonton, mais le retard a fait que nous y sommes arrivés en pleine nuit et que nous n’avons pas pu descendre.

Jasper, premier arrêt

Ils en profitent pour réparer ? nettoyer ? le wagon panoramique…

L’humour des commerçants de Jasper

Mât totémique de Jasper

Petite pause à Saskatoon – la ville est réputée très belle et vivante, elle est même surnommée « le petit Paris des plaines », mais là à la gare de triage ce n’était pas évident…

Salle désaffectée de la gare de Saskatoon

Arrêt à Melville

Il est finalement 3 heures du matin lorsque j’arrive à Winnipeg. L’airBNB que j’ai réservé n’est pas très loin de la gare, et mon hôtesse m’accueille très gentiment malgré l’heure. Quel plaisir de retrouver une douche et un vrai lit moelleux… Je reste quatre jours à Winnipeg, avant de retrouver le transcanadien jusqu’à Toronto !

Tagué , , , , , , ,

4 réflexions sur “[Transcanadian trip J5, J6 et J7] – Deux jours et demi en train, de Vancouver à Winnipeg (du 5 au 7 août 2019)

  1. Ca a l’air d’être une très belle expérience ! J’adore ce type de voyage : en bateau ou en train sur de très longues distances. Je trouve que cela laisse le temps de réfléchir, de prendre le temps de lire, de profiter des paysages (et comme tu le dis, de voir leur évolution !). Ca doit être super sympa de découvrir des artistes à bord aussi 🙂

    • Moi aussi j’apprécie ce genre de voyage. Le temps prend une autre dimension… Côté confort j’aurais quand même préféré avoir une couchette, mais j’aurais sûrement rencontré moins de monde que là en classe éco !

  2. sebtraveler dit :

    Voilà les raisons pour lesquelles j’adore voyager en train! ( Mis à part les retards évidemment). Et quelles magnifiques photos!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :