Puerto Williams, la ville chilienne la plus australe (ou presque) (4 et 5 mars, puis du 8 au 10 mars 2019)

Un bout du monde. Le bout du monde. Ce sont ces mots qui nous sont venus en tête lorsque nous avons débarqué à Puerto Navarino, après une demi-heure de traversée depuis Ushuaia. Nous nous entassons ensuite dans un minibus direction Puerto Williams. La route cahote, virevolte et longe la côte. La lumière joue sur les arbres tordus par le vent. Ici la nature est sauvage et cela se voit partout… Mon regard se perd entre l’eau du Beagle et ses reflets, ses scintillements, ses vaguelettes, le ciel de Patagonie, les nuages qui parfois le parsèment, parfois le déchirent. Au loin, plus loin, si attirantes, les montagnes dont les pics semblent toucher le ciel…

Au bout d’une bonne heure et demie de route, nous y voilà : Puerto Williams ! J’ai essayé de réserver au Refugio El Padrino, mais ce n’est pas très clair… Nous nous renseignons dans d’autres hôtels en chemin, mais ils sont soit complets soit fermés. Nous finissons par arriver au Refugio, une maison bleue avec des grands drapeaux et une terrasse en bois flottée. En fait ce n’est ni un hôtel ni une auberge de jeunesse, mais un véritable refuge de montagne… en pleine ville. C’est désert, un panneau explique que le lieu est autogéré. A l’intérieur, les poêles chauffent fort, un castor empaillé (José, de son petit nom) trône sur le canapé, et un panneau indique le nombre de lits disponibles. Sur la porte de l’une des chambres un petit ruban de scotch indique « Aurélia 🙂 ». Youpi ; on dirait bien que c’est pour nous ça !

Le Refugio El Padrino sera le lieu central de notre séjour à Puerto Williams. Nous y prendrons nos repères, nous y ferons des rencontre qui nous marquerons : Cecilia, la propriétaire, dont le mot favoi est « RELAX » ; Andrea, la lumineuse Andrea, qui passe le petit coup de propre tous les jours ; son mari Felipe, chef cuisinier dans l’armée chilienne, qui nous régalera d’un dîner « en l’honneur des femmes », le 8 mars ; Pascal, un Français qui vit en Alaska mais vient ici tous les étés construire une cabane près du lago Winhond et chasser les castors ; Martha, une jeune Espagnole de 18 ans qui voulait nous scotcher nous accompagner durant notre trek – nous avons dû prétendre être en voyage de noce pour ne pas nous la coltiner durant six jours… décision dont nous nous sommes encore plus félicités au vu de la météo que nous avons eue (pour la petite histoire, elle finira par trouver un autre groupe parti un jour après nous… et fera demi-tour au bout d’une demi journée) ; Brandon et Jacquie, un couple d’Américains, lui ancien de la Navy, en voyage autour du monde depuis 18 mois ; Isabelle, une Française qui tient l’été une petite pizzéria près du Refugio… Tant de visages, tant d’histoires !

Il y a plein de jolies balades à faire autour de Puerto Williams ; nous faisons les premières pour nous mettre en jambe avant le trek, les suivantes pour nous consoler de ne pas avoir terminé le trek ! Nous montons au cerro Bandera, un sommet orné d’un grand drapeau et surplombant le canal de Beagle. La marche en forêt est jolie et pas très difficile, et la vue une fois en haut est superbe. Le drapeau claque dans le vent, l’eau scintille, au loin des sommets effilés se découpent sur l’horizon.

Nous faisons également plusieurs balades côtières, à l’ouest et à l’est de Puerto Williams. Tout le littoral est parsemé de baies aux plages désertes, habitées uniquement par des oiseaux. C’est d’un calme absolu, il n’y a que le vent et les cris des oiseaux… A l’ouest nous poussons en bus jusqu’à Puerto Eugenia, l’endroit où la route s’arrête. Pour aller plus loin, et notamment jusqu’à Puerto Toro, il faut prendre le bateau.

Puerto Eugenia

Balade vers l’ouest…

Moule géante

… et balade vers l’est, le jour de la régate

Calafate, une baie comestible

La veille de notre départ, nous retrouvons notre ami : le Fram ! Depuis dix jours que nous l’avons quitté, il a fait un aller-retour en Antarctique… Il s’arrête quelques heures à Puerto Williams avant de poursuivre sa route vers les fjords chiliens. Nous jouons à perturber l’équipage et les passagers en arborant nos vestes rouges (hihi), et surtout nous en profitons pour revoir Sam ! Nous lui faisons honneurs du refuge El Padrino, puis faisons un tour avec lui jusqu’au musée, qui présente pas mal d’objets des populations natives, et explique comment les colons sont arrivés et ont transformé les choses.

Le Fram !

Au musée

Marche retour avec Sam, à l’heure où les ombres s’allongent

C’est le cœur serré que nous quittons Puerto Williams. Plus qu’Ushuaia, c’est là que nous avons trouvé notre bout du monde 2019… Un bout du monde aux routes gravillonnées, aux maisons de bois et de tôle, aux épaves de bateaux échoués sur la grève… Un bout du monde où le supermarché se remplit et se vide au gré des passages du ferry de Punta Arenas, un bout du monde constitué d’eau, de vent, de ciel, de pierre et de quelques humains que nous ne sommes pas près d’oublier.

A l’entrée du légendaire Micalvi, ce bateau transformé en bar pour les marins, désormais désaffecté

Dans les rues de Puerto Williams

Quartier militaire

La proue du Yelcho, le navire qui sauva les coéquipiers de Shackleton sur Elephant island

Le ferry de Punta Arenas

Supermarché

Ce bout du monde ne le restera sans doute pas très longtemps encore, de gros travaux ont été engagés, les routes sont en train d’être refaites, prolongées, partout de nouveaux bâtiments sont en construction. Mais même s’il disparaît, ce bout du monde de 2019, nous le garderons dans nos cœurs et nos mémoires… et s’il le faut, la prochaine fois, nous irons plus loin, encore un peu plus loin, chercher notre nouvelle fin du monde.

Travaux en cours

Tagué , , , , , ,

8 réflexions sur “Puerto Williams, la ville chilienne la plus australe (ou presque) (4 et 5 mars, puis du 8 au 10 mars 2019)

  1. Lair_co dit :

    Andréa Andréa Andréa 💛💛💛 Si solaire et adorable. Et Cecilia si encourageante et attentive. Et Felipe si drôle et amoureux d’Andréa. C’est peut-être ça le bout du monde en fait, rencontrer des gens qui te montrent que même au bout du monde, la vie est douce si les bonnes personnes sont là…
    En tout cas, je te rejoins, l’île de Navarino va se prendre une claque touristique prochainement (déjà que ça a bien commencé…). Espérons que los dientes continueront à être impitoyables pour se préserver un peu.

    • Nous avons fait de belles rencontres là-bas, même si nous avons aussi senti que la vie n’y était pas toujours facile pour eux. Et pourtant tout le monde reste positif et optimiste… Maintenant nous espérons garder le contact avec eux !

  2. laurianne132 dit :

    Tes photos sont magnifiques et ça me rappelle des paysages que nous avons adorés ! Dommage que les bouts du monde reculent tout le temps, bientôt il n’y en aura plus… alors, profitez en bien. Bisous

  3. nilsetmareva dit :

    ça me rappelle de très bons souvenirs tout ça !
    Le refugio el padrino est vraiment un endroit unique 🙂
    Votre voyage en Antarctique avait l’air magnifique aussi ! Hâte de lire la suite des aventures de cette année qui a démarré bien fort ! Tout du bon à tous les deux,
    Bises 🙂

    • Oooooh mais j’avais oublié que vous étiez allés à Puerto Williams !!! Vous aviez randonné dans le coin aussi ? Il faut qu’on se refasse un dîner tous les quatre, je t’envoie un mail de ce pas. Bises et bon week-end (sous la pluie !)

  4. travelingaddress dit :

    Pas bête cette idée du voyage de noces 🙂 Je garde l’idée au cas où …

    • Ce n’est pas tre beau de mentir, et je n’étais pas très fière de moi sur ce coup-là… mais c’est la seule idée qui me soit venue en tête pour éviter de nous coltiner une co-marcheuse dont nous ne voulions pas ^^

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :