De J136 à J138 – Moni, village et rizières au pied du Kelimutu (du 16 au 18 mai 2016)

DSCF1025Moni est un petit village construit au milieu des rizières et traversé de part en part par la route trans Florès. Il me fait un peu penser à ces petits villages français autrefois paisibles, et désormais coupés en deux par une nationale… Moni est devenu très touristique depuis quelques années du fait de son emplacement à quelques kilomètres seulement du Kelimutu, réputé être le plus beau volcan de Florès.

Nous profitons de notre première journée ici pour prendre chacun un peu de temps pour soi. Benoît est ravi d’avoir une journée off et alterne entre jeux, pc et dessin pendant que je pars vadrouiller dans les environs. Moni est littéralement entouré de rizières et il y a plein de jolies balades à faire… et de chouettes photos à prendre 😉

Petit-déj sur la terrasse devant notre chambre

Petit-déj sur la terrasse devant notre chambre

Je commence par marcher jusqu’au village de Potu, où je suis escortée par une petite écolière rencontrée en chemin, puis je poursuis ma route jusqu’à Woloara. Woloara est un village très mignon et très fleuri. Je ne passe pas inaperçue et tout le monde me fait de grands sourires et/ou me demande à poser sur des photos, c’est chouette ! Comme souvent ici toutes les générations d’une même famille vivent ensemble, et les tombes des aïeux dans la cour font totalement partie de l’espace de vie. On y pique-nique, on y étend le linge… C’est bien différent de ce que nous faisons en Europe, mais je trouve que c’est une jolie manière de faire finalement.

Sortie des classes

Sortie des classes

Potu

Potu

DSCF0994

DSCF1036

DSCF1013

Woloara

Woloara

DSCF1085

DSCF1767

L'église de Moni

L’église de Moni

En fin d’après-midi nous partons ensemble à la recherche de la cascade de Moni ; nous ne la cherchons pas longtemps, elle est à moins de 500 mètres de l’hôtel. Benoît qui craignait une embuscade de balade sur sa journée off est soulagé 😉 Elle est bien plus impressionnante que ce que nous escomptions, et juste à côté se trouve un petit bassin alimenté par des sources chaudes. Nous y barbotons un moment avant de se faire déloger par un habitant du village qui veut se laver 😉

La cascade...

La cascade…

... et le bassin chaud !

… et le bassin chaud !

Au dîner Benoît teste la spécialité du coin, le « gâteau de Moni ». Il s’agit de croquettes de purée de pommes de terrée très aillée, surmontée de fromage râpé. C’est une tuerie absolue, on garde la recette en tête pour notre retour ! Notre soirée est ensuite animée par le sauvetage d’un scarabée qui s’est retrouvé sur le dos et n’arrive pas à se remettre bien. Il est totalement paralysé de peur et s’agrippe de toutes ses forces au doigt de Benoît, qui se retrouve pincé jusqu’au sang. Faut pas croire, ça a de la force ces petites bêtes-là ! On finit par lui trouver un coin tranquille pour qu’il puisse se remettre, à l’endroit, de ses émotions, à lui de jouer maintenant… On termine la soirée avec une petite série, après Orange is the New Black au Laos on a totalement changé de registre et nous sommes passés à Once Upon a Time, assez addictive elle aussi 😉

Le "gâteau de Moni"

Le « gâteau de Moni »

Le lendemain le réveil sonne à 3H30, nous avons en effet rendez-vous avec deux moto-taxis pour nous conduire au début de la rando du Kelimutu, afin d’assister au lever de soleil depuis là-haut. Après un bon moment de flottement où on attend en vain, puis où l’un des conducteurs arrive pour nous dire que son collègue dort et qu’il doit aller le réveiller chez lui, nous finissons par partir. Il y a une douzaine de kilomètres jusqu’au début du chemin, entrecoupés par une petite pause au guichet histoire de payer les frais d’entrée dans le parc.

Nous attaquons la montée dans la nuit noire et le brouillard, pas sûr que l’on voie grand-chose depuis le sommet ! La montée n’est pas très longue et il fait encore bien sombre lorsque nous arrivons au sommet. Nous ne sommes pas seuls, il y a déjà trois Allemands qui attendent ainsi que des vendeurs de thé/café et toute une tripotée de petits singes, qui cherchent à chiper ce qu’ils peuvent.

Allez encore un petit effort...

Allez encore un petit effort…

"Moi aussi j'en veux !"

« Moi aussi j’en veux ! »

Le soleil se lève dans le brouillard, et ce n’est que vers 6H30 que les nuages se dissipent peu à peu, révélant le magnifique panorama qui nous entoure : monts volcaniques, forêt primaire et surtout trois magnifiques lacs de cratère, chacun d’une couleur différente. L’un est bleu turquoise avec des traits de soufre jaune, le second est bleu nuit et le troisième est presque rouge. La légende veut qu’ils abritent les âmes des morts ; les âmes des personnes ayant fait le bien autour d’elles vont dans le « lac des ancêtres » (le bleu sombre), celles des personnes ayant fait le mal autour d’elles vont dans le « lac des mauvais esprits » (le rouge), et celles des personnes entre les deux vont dans le « lac des jeunes personnes » (le turquoise).

Le lac turquoise

Le lac turquoise

Le lac bleu nuit

Le lac bleu nuit

et le lac rouge !

et le lac rouge !

Au fur et à mesure que les nuages se dissipent le paysage devient de plus en plus spectaculaire, et nous passons un long moment à l’admirer. Je pourrais rester des heures là-haut, à simplement contempler tout cela. A un moment Benoît m’appelle, il y a de nouveau une gloire… et nous sommes dedans ! Après la gloire du pilote, nous vous présentons donc la gloire des Smiling 😉 Nous sommes surexcités et n’en revenons pas de notre chance d’avoir vu deux gloires en l’espace de deux mois à peine…

DSCF1521

La gloire des Smiling, ça c'est la classe ultime quand même ;-)

La gloire des Smiling, ça c’est la classe ultime quand même 😉

Nous attaquons la descente sur les coups de 9 heures ; nous n’avions rien vu du paysage à la montée et le Kelimutu se trouve réellement dans un superbe écrin de nature. Nous avons décidé d’effectuer tout le trajet de retour à pied et entre immenses fougères, bougainvillées aux couleurs vives, petits villages et vue au loin sur la mer nous ne regrettons pas ce choix. Nous nous perdons un chouïa sur la fin et arrivons au village de Woloara où j’étais allée hier, puis nous retombons sur nos pattes à la cascade derrière l’hôtel. Nous faisons honneur au petit-déjeuner, on est affamés ! Cette belle randonnée, et globalement tout notre séjour à Moni, restera décidément dans nos meilleurs souvenirs de Florès…

Chemin vers le sommet du Kelimutu

Chemin vers le sommet du Kelimutu

DSCF1633

DSCF1692

DSCF1750

La culture sur brûlis a du succès ici aussi

La culture sur brûlis a du succès ici aussi

Publicités
Tagué , , , , ,

4 réflexions sur “De J136 à J138 – Moni, village et rizières au pied du Kelimutu (du 16 au 18 mai 2016)

  1. […] notre superbe randonnée jusqu’au sommet du Kelimutu, nous décidons de quitter Moni et trouvons facilement un taxi/copain de notre hôtelier pour nous […]

  2. Géraldine dit :

    Trop magnifique, voilà une étape qui me plaît beaucoup beaucoup 🙂 En plus le gâteau de Moni et vos petits déj ont l’air trop bons !

    Ton gonflement avait disparu ? Les enfants n’ont pas l’air trop effrayés… gnarf gnarf gnarf

  3. […] Notre belle étape à Moni, entre rizières et lacs volcaniques du Kelimutu, c’est ici […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :