Sous le choc

Il y a à peine 36 heures, j’avais des tas de choses à vous raconter. Je voulais finir de vous raconter notre voyage en Jordanie, je voulais vous expliquer que j’habite pour quelques temps bien loin de Paris, je voulais vous parler de nos projets pour 2016.

Il y a à peine 36 heures, je m’apprêtais à partir en rando de bon matin avec deux copines, j’étais en avance sur mon horaire, j’ai allumé l’ordi avant de partir, et je suis restée pétrifiée.

Il y a à peine 48 heures, Mathias & Marie, Matthieu, Thomas, Lola, Djamila, Houda, Kheireddine, Thierry, Halima, Caroline, Asta, Pierre, Stéphane, Alban, Maxime, Guillaume, François-Xavier, Ludovic, Thomas, Mathieu, Nohemi, Hugo, Valeria, Cédric, Nicolas, Valentin, Guillaume, Romain, Germain, Madeleine, Aurélie, Juan Alberto, Nick, Alberto, Jorge Alonso, Manuel, Patricia, Elsa, Luis, Thierry, Yannick, Elodie, Fabrice, Quentin, Olivier, Ciprian&Lacramioara, Quentin, Précilia, Elif&Milko, Véronique, Grégory, Michelli, Marie, Victor, Bertrand, Manu, Estelle, Maud, Ariane, David, Eric, Fanny, Hyacinthe, Mohamed, Pierre-Antoine, Nicolas, Mayeul et près de soixante autres personnes se préparaient à passer la soirée en amoureux ou entre amis, à assister à un concert d’un groupe qu’ils aimaient ou à aller prendre un verre en terrasse. Ils riaient, marchaient, parlaient, se touchaient, s’embrassaient, faisaient des plans sur la comète. Ils avaient vingt ans, trente ans, quarante ans, ils étaient à Paris pour un week-end, une année d’échange universitaire ou une vie. En une poignée de secondes tout a basculé, et il ne reste plus de toutes ces vies, de tous ces espoirs, de toutes ces envies, de tous ces projets que des photos souriantes suivies du mot « décédé(e) ».

Je suis bien loin de Paris, mais depuis 36 heures mon cœur et mon esprit sont tout entiers tournés vers la capitale et les victimes de ces actes barbares.

A vous dont la vie a été dérobée de la plus abjecte des manières, reposez en paix.

Et vous tous, prenez soin de vous.

DSCF4646

Publicités

10 réflexions sur “Sous le choc

  1. Géraldine dit :

    J’allumais justement l’ordinateur pour t’envoyer un mail et m’assurer que vous alliez bien. Et si on s’envoyait des nouvelles dans la semaine ?

    Tous ensemble, luttons contre cette terreur.

    Des bises,

    G.

  2. Papounet encore et toujours ! dit :

    C’est horrible ! Je regarde BFM TV en boucle depuis Vendredi !

  3. xtinette dit :

    Merci pour ces bonnes ondes. On en a besoin ici à Paris.

  4. La fée dit :

    Contente de te lire…

  5. J’ai vécu dans l’angoisse pendant quelques heures puisque ma meilleure amie passait justement le week-end à Paris. Elle venait d’arriver quand elle a entendu des coups de feu… Je n’ose imaginer l’horreur!
    ça fait 1 semaine et ça hante mes nuits. J’ai peur pour mon enfant à venir!
    Continuons à vivre en hommage aux victimes!

    • Ce qui est arrivé est terrible, et beaucoup d’entre nous auraient pu être à la place des victimes… La vie tient parfois à bien peu de choses, choisir un resto plutôt qu’un autre, être parti avec un peu de retard ou un peu d’avance… C’est le fameux principe d’être au mauvais endroit au mauvais moment, et nous n’avons aucun contrôle sur cela. Comme tu le dis il faut pourtant continuer à vivre, c’est la meilleure réponse que l’on puisse faire à ces barbares. Grosses bises à toi et au petit à venir 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :