[Verdon J2] – Le sentier de l’Imbut

Après une première journée de sightseeing en voiture, cette deuxième journée dans le Verdon est placée sous le signe de la rando ! J’avais repéré deux randonnées qui me tentaient : le sentier Blanc-Martel, superbe mais décrit comme très touristique, et le sentier de l’Imbut, apparemment plus confidentiel et plus difficile, mais tout aussi beau. Nous avions envisagé de faire les deux, mais au vu de la foule dans la région nous changeons nos plans et nous choisissons de ne randonner que ce vendredi, sur le sentier de l’Imbut. Déjà qu’en semaine il y a beaucoup de monde, alors demain samedi on se dit que ce sera l’enfer…

Enfin, avant d’attaquer le sentier, il faut bien prendre des forces, et nous commençons par un petit tour à la boulangerie de Salles-sur-Verdon. Elle vend aussi des reines-claudes, on se laisse tenter, ça nous fera un bon dessert ce midi ! La route vers le départ de la rando est émaillée de points de vue, alors forcément on s’arrête régulièrement. Vue sur le lac de Sainte-Croix, sur les gorges… chaque point de vue est plus beau que le précédent.

Point de vue sur le lac de Sainte-Croix

Belvédère du col d’Illoire

Nous finissons par arriver à l’hôtel du Grand Canyon, point de départ de la randonnée. Il est 11 heures et la voiture qui nous précède prend la dernière place du parking, ce n’est pas de chance ! On continue un peu le long de la route et nous finissons par trouver un endroit où nous garer. Le sentier démarre un peu en dessous de l’hôtel, et commence par la « descente des cavaliers », une grande descente en forêt jusqu’au bord du Verdon.  Le sentier est agréable, facile et bien entretenu. Par contre il y a beaucoup de monde… On a bien fait de faire la rando aujourd’hui et pas demain. Après 35 minutes de marche nous arrivons au bord du Verdon, sur une petite plage de galets. Quel plaisir de voir enfin de près cette rivière ! Nous faisons une première pause ici. Une ranger du parc régional est présente, elle détruit les cairns laissés par des marcheurs afin d’éviter qu’ils ne se multiplient. Elle explique que s’ils les laissent en place, tout le monde va vouloir édifier son cairn, ce qui va finir par dénaturer l’endroit.

Paysage de début de rando

La « descente des cavaliers », en pleine forêt

Arrivée au bord du Verdon

Nous poursuivons le long du Verdon jusqu’à une l’élégante passerelle de l’Estrellier. Elle permet de traverser le Verdon et d’accéder au sentier qui remonte vers le chalet de la Maline puis le sentier Martel.

Nous continuons ensuite le long du Verdon ; le paysage alterne entre forêt et parties plus minérales. Nous passons devant plusieurs cavernes et grottes (appelées « baumes » ici). Le sentier est émaillé de plaques commémoratives, cela nous fait passer toute envie de nous baigner ici. Avec son fort courant et ses tourbillons le Verdon est dangereux et il y a régulièrement des morts parmi les baigneurs.

Rencontre grassouillette devant l’une des grottes

OK, OK, on va bien se tenir

Le premier escalier du jour !

Formations rocheuses

Nous pique-niquons sur un rocher face au Verdon. Entre reste de pizza d’hier soir, tapenade achetée hier à une marchande au bord de la route, et les délicieuses prunes, nous nous régalons ! Soudain, nous entendons un bruit  de chute, ce sont des pierres qui viennent de se détacher de la paroi au-dessus de nous… Par chance un arbre a arrêté leur chute avant qu’elles ne nous tombent dessus. On finit rapidos de déjeuner et on file !

Spot pique-nique

Le sentier continue de nous offrir de beaux points de vue sur le Verdon. Nous découvrons également de bien jolies plages… Tout cela incite à la pause 😉 Avec la distance les randonneurs se sont un peu étalés et c’est plus agréable de marcher, il y a moins de monde. Le sentier est maintenant complètement à flanc de paroi, c’est assez impressionnant. Nous passons à côté d’une caverne interdite d’accès, car des rhinolophes (une espèce de chauve-souris protégée) y vit. Nous arrivons au « Styx », un canyon étroit au cœur du canyon. Malgré son nom infernal, il est très photogénique !

Le Styx

Le Verdon bouillonne bien !

Le sentier remonte ensuite progressivement. Nous marchons un moment sur une corniche étroite, assez vertigineuse (mais équipée d’une rampe), et puis le sentier continue en forêt jusqu’à la bifurcation permettant de remonter vers la route par le sentier Vidal. Nous décidons de ne pas rentrer tout de suite et de poursuivre sur la droite en direction du Baou Béni, un point de vue réputé sur le Verdon.

La première partie du sentier est assez facile, et puis ça se corse avec un véritable « chaos rocheux » (dixit la ranger ;-)) à franchir. Pour le coup ce n’est pas sécurisé, et certains passages ne sont pas faciles du tout. Enfin, on finit par triompher et arriver au Baou Béni. L’heure commence à tourner, les gens sont plus avancés que nous, alors nous avons la chance d’avoir le lieu rien que pour nous… On en profite durant une demi-heure, l’endroit est vraiment beau.

L’un des passages les plus difficiles, où il fallait marcher dans une entaille de rocher

Arrivée au Baou Béni !

Dernière petite pause au bord du Verdon

Et puis, nous attaquons la remontée le long du sentier Vidal. Ce sentier, émaillé d’échelles, est interdit en descente, et on comprend pourquoi car 1) il est archi raide 2) ce serait vraiment compliqué de se croiser tellement c’est étroit. A un moment Benoît perd ses lunettes, elles font une chute de plusieurs mètres, heureusement elles ne sont pas cassées.

Bon ben c’est par là…

Benoît, avoir le vertige ?

Nous mettons 45 minutes pour remonter. Une fois à la route, ce n’est pas terminé… Il nous reste 3km jusqu’à la voiture ! Nous poursuivons sur le sentier de randonnée recommandé, et on s’en mord un peu les doigts. Ça grimpe pas mal dans la garrigue, ce n’est pas super bien indiqué, et cela nous rallonge beaucoup par rapport à la route. Cette dernière partie fut pour moi la pire de la rando, par son côté fastidieux et inintéressant… Cela aurait été nettement plus rapide de remonter par la route (mais sans doute plus dangereux aussi).

Bon, OK, il y avait tout de même quelques jolies vues sur ce dernier tronçon de sentier

C’est avec joie que nous apercevons enfin l’hôtel du Grand Canyon. Nous nous offrons un petit remontant : café pour benoît, et tarte aux abricots !  Depuis la terrasse panoramique nous voyons le Verdon en contrebas, il nous semble loin, on a bien marché quand même 😉 Nous reprenons ensuite la route vers Salles-sur-Verdon. Le soleil est en train de se coucher et la vue sur le Verdon, les gorges et les villages, notamment Aiguines, est superbe. Décidément, quelle magnifique région !

Le château d’Aiguines et le lac de Sainte-Croix

Après un débarbouillage éclair à l’hôtel nous nous installons en terrasse à L’Escapade, où nous nous faisons plaisir avec un excellent repas : salade de chèvre chaud, pad thaï, et crème brûlée à la lavande pour moi / pavlova revisitée pour Benoît. C’est très bon. A une table adjacente nous reconnaissons un couple croisé ce matin en rando, cela nous fait sourire… Nous rejoignons ensuite nos pénates pour la nuit, on ne va pas se faire bercer ce soir !

Infos pratiques pour randonner sur le sentier de l’Imbut :

  • La boucle + extension au Baou Béni fait une grosse dizaine de kilomètres, avec 400 mètres de dénivelé. Les guides disaient qu’elle se faisait en 4 à 6 heures, nous en avons mis 8 en faisant de nombreuses pauses photos et snacks + une bonne demi-heure d’arrêt au Baou Béni.
  • Vous pouvez vous garer à côté de l’hôtel du Grand Canyon / auberge des Cavaliers. Le parking de l’hôtel est réservé aux clients, mais il y a un parking gratuit juste en face, et quelques places sur la route en amont et en aval. Si vous prévoyez de faire cette randonnée en période touristique, je vous conseille d’arriver tôt car il n’y a pas tant de places que cela.
  • Le sentier est assez technique, avec des passages vertigineux, mais c’est bien arrangé avec des rampes, des marches d’escalier… La partie la plus difficile selon nous est l’aller vers le Baou Béni, avec des passages d’escalade de rochers un peu difficiles et pour le coup non sécurisés. On s’est dit que c’était pire qu’à la Réunion, c’est pour vous dire 😉 Le sentier Vidal pour remonter est quant à lui raide et vertigineux, mais avec les rampes et les échelles ça passe facilement si vous avez un peu l’habitude de ce genre de choses.
  • Last but not least, prévoyez suffisamment d’eau. Nous avions 1.5L/personne et c’était un peu juste, on aurait été plus à l’aise avec 2 litres chacun.
Tagué , , ,

4 réflexions sur “[Verdon J2] – Le sentier de l’Imbut

  1. marie dit :

    Belle randonnée, mais la pierre qui a failli vous tomber dessus… Brrr! Ça doit faire drôle !

  2. Marie Claude dit :

    Je ne résiste pas, c’est vraiment M.A.G.N.I.F.I.Q.U.E. Vos photos sont tellement superbes que moi, j’ai marché avec vous….. (mais, c’est beaucoup moins fatiguant) et j’ai eu les mêmes émotions (sauf celle de la pierre et qui n’est pas des moindres….) La couleur de l’eau rend super bien et l’on voit qu’elle est froide…. Félicitations à vous, c’est très bien décrit et l’on se sent avec vous, c’est un vrai partage. MERCI pour cette rando qui ne nous laissera pas les muscles endoloris. Oui, je suis d’accord avec toi, c’est une super belle région. « Notre » France est quand même belle. Vous avez photographié aussi un beau capricorne du Chêne… nous en avions beaucoup à Castellane. Bisous sur commentaire. Marie Claude

    • Ah merci pour le nom de cet insecte ! Pour moi c’était juste un scarabée 😉
      Contente que tu aies aimé la randonnée ! Elle était très belle… et quel plaisir de pouvoir ainsi s’approcher du Verdon, que nous avions contemplé d’en haut la veille !
      Bisous et à bientôt !
      Aurélie.
      PS : J’aime beaucoup le concept des « bisous sur commentaires » 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :