Compostelle 2021, infos pratiques (du 14 au 20 juin 2021)

Nous sommes donc partis mi-juin durant une semaine sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Sept jours de voyage et cinq jours de marche, pour une première découverte du Camino – une marche que nous aurions dû effectuer avec mon père, qui avait commencé ce pèlerinage l’année dernière, et puis la vie en a malheureusement décidé autrement. Nous sommes finalement partis avec des amis à lui et ce fut une très belle semaine, riche en émotions ! Ce début de Chemin m’a beaucoup plu et j’espère avoir l’occasion de le poursuivre dans les mois et années qui viennent.

Notre itinéraire :

Nous avons marché du Puy-en-Velay à Saint-Alban-sur-Limagnole – 68km sur la carte, une petite centaine en vérité avec les différents détours et balades digestives du soir. Nous sommes partis comme mon père l’avait fait l’année dernière, c’est-à-dire avec portage des bagages par la Malle Postale et nuits en chambres d’hôtes. Le grand luxe ! Nous avons énormément apprécié le confort de ne pas devoir porter nos gros sacs (nous n’avions que nos sacs de journée sur le dos), et d’avoir des hébergements confortables la nuit. Certains vous diront peut-être que « ce n’est pas comme ça que l’on doit faire Compostelle », mais en vérité il y autant de manières de parcourir ce Chemin que de marcheurs, donc n’hésitez pas à le faire à votre sauce… L’important c’est de prendre du plaisir, pas de souffrir à tout prix !

J1 – Journée d’arrivée

Après un long trajet entre Paris et le Puy-en-Velay via Lyon et Saint-Etienne – et avoir cru un instant que le TER Lyon-Saint-Etienne nous était passé sous le nez sans préavis – nous arrivons finalement au Puy. Nous retrouvons le reste du groupe, nous installons à l’hôtel et filons nous régaler d’une bonne pizza. Nous terminons la journée par une balade by night dans les petites rues jusqu’au pied de la cathédrale, avant de filer dormir. Le Puy nous plaît beaucoup, c’est une très jolie ville, on se dit qu’il faudra revenir l’explorer un peu plus en détail !

Au pied de la cathédrale

« La jeune pèlerine », d’Andràs Lopis

J2  – Du Puy-en-Velay à Montbonnet (18km)

Le réveil sonne aux aurores, et à 7H nous sommes à la cathédrale afin d’assister à la messe et à la bénédiction des pèlerins. Nous achetons nos crédentiales, qui seront nos passeports lors de cette longue marche vers Saint-Jacques de Compostelle, et nous nous retrouvons plus vite qu’il n’en faut pour l’écrire équipés de médailles, chapelets et intentions de prières. Nous sortons par les portes grandes ouvertes de la cathédrale, à nous le Camino ! Bon j’avoue, je romance un peu, en fait nous commençons par retourner prendre le petit-déjeuner à l’hôtel 😉 Il faut bien prendre des forces ! Nous nous mettons ensuite en route ; cette première journée de marche s’avère intense. Nous traversons de beaux paysages de campagne sous un grand soleil… qui tape fort, on a chaud ! Nous ne sommes pas fâchés d’arriver aux chambres d’hôtes du jour, et de nous poser sur la terrasse avec des citronnades et bières bien fraîches…

Saint-Jacques de Compostelle, c’est par là !

Nous voyons des multitudes de fleurs sauvages en chemin…

… et plein de croix également.

Chapelle Saint-Roch…

… avec sa statue du saint. Médecin à Montpellier vers 1350, il contracte la peste à Rome en soignant des maladeS. Il est représenté montrant un bubon sur sa cuisse. Il survécut finalement, aidé par un chien qui lui apportait chaque jour du pain.

J3 – De Montbonnet à Pratclaux (14.5km)

L’étape est un peu plus courte. Nous commençons par aller voir le point de vue de Montbonnet, qu’un seul courageux du groupe était allé voir dès hier soir (et ce n’est ni Benoît ni moi ;-)). Nous dominons la campagne à 360° ainsi que la chaîne des Puys. Les sentiers aujourd’hui sont souvent en sous-bois, avec une ombre bienvenue par cette chaleur. Nous pique-niquons au bord d’une rivière, à côté d’un ancien moulin, avant d’explorer le village de Saint-Privat d’Allier. Benoît repère une immense ferme à vendre pour 140 000 euros, il s’imagine un instant régnant sur ces lieux… avant de se dire que vraiment, c’est perdu au milieu de la campagne. Un peu plus loin nous découvrons le site de Rochegude avec sa tour et sa chapelle. Comme hier nous arrivons avec joie au gîte et savourons le plaisir d’une bonne douche !

Le point de vue de Montbonnet

Le lac de l’oeuf (sans lac ni oeuf, on est d’accord !)

Saint-Privat d’Allier

La tour de Rochegude…

… et la chapelle !

J4 – De Pratclaux à Saugues (17km)

Le ciel est plus couvert aujourd’hui, mais il n’y a pas vraiment de pluie. Nous partons avec nos ponchos et k-ways… et les retirons au bout de cinq minutes. En tout cas, c’est clairement plus agréable pour marcher que les grosses chaleurs des premiers jours, surtout au vu des côtes que nous devons affronter ! Nous croisons beaucoup de moutons, longeons des champs, admirons les gorges de l’Allier, le pont Eiffel de Monistrol et les orgues basaltiques. Nous nous extasions en reconnaissant au loin des endroits traversés précédemment, papotons avec quelques pèlerines… et puis je me régale avec une délicieuse tarte aux myrtilles chez Josy. Si ça ce n’est pas un chouette tribute to Daddy 😉 L’arrivée sur Saugues est superbe , avec de grandes statues de bois et un beau point de vue sur la ville. Bref encore une belle journée ! On oubliera juste le gîte du soir, le pire de notre marche…

La centrale EDF de Monistrol d’Allier

Traversée du pont Eiffel

Les orgues basaltiques

Point de vue sur les gorges de l’Allier

Chapelle Sainte-Madeleine

Benoît s’est fait un nouvel ami !

Arrivée sur Saugues

Nous sommes sur le territoire de la bête du Gévaudan…

Les belles fresques de l’église de Saugues

Notre-Dame de Saugues

La chapelle des pénitents

J5 – De Saugues au Villeret d’Apchier (13km)

Nous quittons le gîte sans regret et faisons un petit tour au marché. Nous en profitons pour acheter notre pique-nique du jour. L’étape aujourd’hui est la plus courte de la semaine et cela nous va très bien ! Nous traversons de beaux paysages, entre vallons et zones boisées de conifères. Les sentiers sont bordés de fleurs des champs et de genêts. Nous faisons une belle pause pique-nique à La Clauze. Nous nous régalons des bons produits du marché notamment de délicieux abricots parfaitement mûrs, un délice ! Une petite sieste plus tard nous reprenons le Chemin, et arrivons dans une ferme-fromagerie tenue par un couple très accueillant qui nous fait visiter. Nous arrivons bien contents de notre journée au gîte, qui se révèle mille fois mieux que celui de la veille. Cette nuit nous dormons dans une roulotte itinérante de berger… un peu courte pour Benoît, mais super mignonne. J’ai l’impression de dormir sous tente, avec les petits bruits de la nature, c’est très zen… sauf lorsque deux chats à moitié sauvages commencent à se battre en pleine nuit sur notre toit 😉

Le marché de Saugues

La fromagerie de la famille Delcros

J6 – Du Villeret d’Apchier à Saint-Alban-sur-Limagnole (25km)

Une très grosse étape aujourd’hui ! Nous admirons une belle Vierge en bois polychrome dans l’église de Chanaleilles, pique-niquons sur le domaine du Sauvage, découvrons la fontaine et l’église Saint-Roch, quittons la Haute-Loire pour la Lozère, et traversons encore une fois de superbes paysages… Il y a pas mal de dénivelé par contre, et je crois que je n’avais jamais eu aussi mal aux jambes après une rando, même à la Réunion. Nous terminons en beauté dans un gîte bien sympa, ou nous trinquons, non sans émotion, à cette semaine de marche qui s’achève déjà…

Vache Aubrac aux yeux « maquillés », son veau…

… et le taureau !

Eglise de Chanaleilles

Arrivée sur le domaine du Sauvage, avec notre altitude max de la semaine : 1326m

Fontaine de l’oratoire Saint-Roch

Chacun son département !

Eglise Saint-Roch

We did it !

Saint-Alban by night

J7 – Journée de retour

Nous profitons du début de matinée pour faire un tour dans Saint-Alban. Nous visitons notamment l’hôpital psychiatrique, dont l’histoire est bien singulière… Durant la seconde guerre mondiale, alors que les « fous » étaient affamés jusqu’à la mort, cet hôpital prit particulièrement bien soin de ses patients… et protégea, parmi eux, de multiples personnes en fuite et résistants. Paul Eluard, alors en fuite, s’y cacha d’ailleurs avec son épouse en se faisant passer pour un ami du Dr Tosquelles, le médecin chef. Quelques lieux rappellent cette époque, dont le « cimetière des fous ». Une visite intéressante ! Si vous voulez en savoir plus, il y a un article bien fait par ici. Après cette intéressante visite, nous filons attraper le bus qui nous ramène au Puy-en-Velay. La recherche d’un restaurant pour déjeuner s’avère bien compliquée, tout est complet. Nous finissons au Subway, une valeur sûre, avant de nous séparer… en se disant qu’on remettrait bien ça l’année prochaine !

Petit tour dans l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban

Le « cimetière des fous », avec les mots de Paul Eluard

Bye bye le Puy !

Détail de nos hébergements :

  • L’Epicurium au Puy-en-Velay : 72 euros avec le petit-déjeuner. Hôtel bien situé, chambres de charme avec bon petit-déjeuner. Par contre le bâtiment est ancien et l’insonorisation moyenne.
  • La Barbelotte à Montbonnet : 59 euros/personne avec le dîner et le petit-déjeuner + 9.5 euros de panier pique-nique. Une très bonne adresse, avec des chambres confortables et une terrasse agréable. Le dîner était très bon mais aurait pu être un peu plus copieux. Le panier pique-nique végétarien était vraiment léger.

Notre chambre à la Barbelotte…

… et le copieux petit-déjeuner !

  • Le La Je Pi à Pratclaux : 39,50 euros/personne en demi-pension et panier pique-nique proposé pour le lendemain à 8 euros/personne. Accueil très sympa avec un verre de bienvenue, repas très copieux et gérants adorables. Une adresse que je recommande vivement !

  • L’Arc-en-ciel à Saugues : 43 euros/personnes en demi-pension. Ce fut notre moins bonne expérience hôtelière du séjour. Le lieu sentait le tabac froid, le repas a été servi très en retard et n’était vraiment pas terrible, et le couple qui tient cet hébergement est plus que particulier. A éviter !
  • L’Auberge des deux pèlerins au Villeret d’Apchier : 30 euros/personne en demi-pension et nuit dans une cabane itinérante de berger (ou 49 euros/personne en chambre normale). Rajouter 4 euros pour les draps et 4 euros/personne pour les serviettes. pique-nique du lendemain 8,50 euros. Une chouette auberge reprise récemment par un jeune couple sympa et motivé. Le dîner était délicieux et archi copieux, avec beaucoup de produits locaux, par contre le pique-nique était trop léger.

Notre cabane itinérante de bergers (tsabone) 😉

  • Les drailles de la Margeride à Saint-Alban-sur-Limagnole : 50 euros/personne en demi-pension. Une superbe adresse, avec un accueil sympathique, des chambres très confortables et un délicieux repas. On recommande !

Budget :

  • AR en train depuis Paris : 186.90 euros soit 93.45 euros/personne, avec la carte Avantage Week-End de la SNCF.
  • Hébergement en chambre double et repas (cf ci-dessus) : 519 euros soit 259.5 euros/personne pour les nuits et la demi-pension. En rajoutant le dîner du premier soir, le déjeuner du dernier jour, et les déjeuners intermédiaires (en panier pique-nique pour Benoît, en pique-nique maison pour moi) on a dépensé autour de 620 euros au total.
  • Malle Postale : Transfert des bagages d’hébergement en hébergement, et retour en bus de Saint-Alban-sur-Limagnole au Puy-en-Velay le dernier jour : 63 euros/personne

Ce qui nous fait donc au total 932.9 euros, arrondis à 960 euros avec les diverses petites dépenses en chemin, donc 480 euros/personne tout compris.

Ce que j’ai préféré :

  • Le symbole et l’hommage que représentait pour moi cette marche
  • Les magnifiques paysages traversés
  • Les fleurs des champs partout au bord des chemins
  • Le plaisir de la douche, d’un bon dîner et d’un lit confortable le soir !

Ce que j’ai moins aimé :

  • A part notre gîte pas extra à Saugues, je ne vois pas… Ah si, devoir rentrer à Paris à la fin ! Nous sommes restés sur la durée initialement prévue, soit une semaine (cinq jours de marche). Au final, j’aurais volontiers continué quelques jours voire une semaine de plus.

 

Tagué , ,

6 réflexions sur “Compostelle 2021, infos pratiques (du 14 au 20 juin 2021)

  1. Didier dit :

    Je ne peux pas me vanter d’avoir « fait » le compostelle. Par contre j’en ai fait pas mal de petits tronçons, que je panachais avec d’autres GR pour faire des balades en boucle. Bref, jadore ce coin (et je me souviens bien des champs de lentilles près du Puy en Velay). En ce qui me concerne, dans ce genre de trek, j’alterne nuit en camping sauvage et nuit en camping municipl ou auberge. Bon, clairement, c’est moins confortable que ta solution.
    (sinon ici en Martinique mauvaise nouvelle: confinement dur, sorties limitées à 1 km, olages fermées… la loose)
    À bientôt
    Didier

    • Hello ! Merci pour ton message 🙂 j’ai vraiment beaucoup aimé les paysages traversés, et je les ai trouvés très variés. En camping sauvage ça doit être sympa aussi… mais marcher léger c’est hyper agréable ! En tout cas j’ai hâte de repartir sur le Camino.
      J’ai vu pour la Martinique, c’est la catastrophe. En même temps je crois qu’il n’y a que 16% des gens qui sont complètement vaccinés… Prends bien soin de toi.
      Bises !
      Aurélie.
      PS : malgré les apparences je n’ai pas oublié ton mail ! Je te réponds vite 🙂

  2. Delphine dit :

    Quel bel hommage à ton papa que de marcher dans ses pas ensembles et avec famille et amis. Que ça a du être émouvant ! Prenez soin de vous

  3. Tchoa dit :

    Encore un beau et sympathique reportage qui donne envie d’aller sur le chemin! Merci Aurélie.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :