[Antarctica 2019 #5] – Stanley, capitale des Falkland

Bateaux de croisière, bateaux de pêche

Ce matin, j’ai mis le réveil à 7H afin de pouvoir être sur le pont pour l’entrée du bateau dans le port de Stanley. Il y a beaucoup de trafic ! Des bateaux de retour de la pêche, des voiliers, et aussi un étrange bateau blanc. Katia, l’une des scientifiques du bateau, est avec moi sur le pont et me dit qu’il s’agit du Game Changer, un bateau privé appartenant à une riche famille asiatique. Ils ont même un hélicoptère à l’intérieur ! Elle sait tout cela car c’est l’un de ses amis qui a été embauché pour piloter ledit hélicoptère ^^ Deux gros bateaux de tourisme sont également au mouillage dans la baie, nous ne serons pas tous seuls aujourd’hui… Avec ses 180 passagers, notre bateau semble tout petit à côté du Celebrity Eclipse et du Prinsendam (respectivement 2852 et 835 passagers). Etre relativement petit a ses avantages : nous pouvons nous amarrer directement au port, contrairement aux deux autres bateaux de croisière qui doivent eux rester au mouillage, et utiliser les zodiacs pour débarquer leurs passagers.

Le game changer, avec en premier plan le ballet incessant des petites navettes pour les gros bateaux.

Plusieurs excursions et visites optionnelles étaient proposées aujourd’hui, mais nous avons décidé de nous débrouiller par nous-même. Tessa nous a montré sur la carte quelles balades nous pouvions facilement faire seuls – parmi lesquelles la balade « nature » payante proposée par Hurtigruten – alors nous allons faire ça ! Comme les groupes vont la faire l’après-midi, nous décidons d’y aller le matin histoire d’être plus tranquilles. Nous sortons du port et marchons tout d’abord jusqu’au Totem Pole, un grand mât orné de panneaux donnant la distance jusqu’à divers points d’intérêt. On dirait que chacun peut mettre sa pancarte, car à côté des panneaux indiquant les capitales du monde il y en a aux couleurs de petits restos de villes inconnues au bataillon… Au loin, nous apercevons le phare.

Totem Pole

Le phare (bien zoomé)

Nous redescendons ensuite en direction de la mer et nous longeons la côte, sur un sentier plus ou moins aménagé. Nous sommes contents de nous retrouver un peu seuls ! En chemin, nous voyons plusieurs épaves de bateaux et pas mal d’oiseaux, notamment des steamer ducks qui sont endémiques des Falkland. Ils portent ce nom car lorsqu’ils nagent, leurs pattes arrière font un mouvement ressemblant aux roues à aube.

Le Lady Elisabeth

Deux Falkland’s steamer ducks

Nous marchons ainsi jusqu’à Gipsy Cove, une baie dont le sable fin rappelle les plages des Caraïbes. La plage n’est pas accessible, à cause des mines. La vue est magnifique… Par contre il y a foule ! Personne de chez nous, mais les passagers des deux autres navires de croisière ont envahi les lieux… Nous nous faufilons entre les groupes sur le sentier aménagé au-dessus de la plage ; nous découvrons en contrebas une belle colonie de magellanic penguins, ainsi qu’un manchot royal esseulé. Régulièrement, des employés municipaux sont postés pour à la fois donner des informations et s’assurer que les gens ne fassent pas n’importe quoi.

Les petits panneaux rouges sont explicites : Danger Mines

Gipsy Cove

Un king penguin esseulé

La colonie des manchots de Magellan

On va faire de la place !!

No?! Si ? Rhooooooooo…

Le retour nous prend plus de temps que prévu, quasiment une heure alors que nous marchons d’un bon pas. Nous arrivons au bateau dix minutes avant la fermeture du buffet, c’est court ! Heureusement ils nous laissent tout de même nous installer et nous préparer une assiette.

L’après-midi nous visitons Stanley. La météo s’est dégradée depuis le matin, et il se met à pleuvoir quelques minutes après que nous avons quitté le bateau. Nous marchons jusqu’au centre-ville, toujours en longeant la côte. Nous faisons un tour dans l’un des supermarchés (plein de produits anglais, c’est drôle), découvrons le cimetière (aux couronnes étonnantes) et le Memorial Wood, un parc de 258 arbres plantés en 1992, pour commémorer les dix ans de la guerre des Malouines. Chaque arbre correspond à l’un des soldats anglais morts durant cette guerre, ainsi qu’aux trois habitants des Falkland décédés.

Les couronnes sont au nom de la personne décédée, et retenues par un filet pour ne pas qu’elles s’envolent

Au pied d’un des arbres de Memorial wood

Le centre-ville de Stanley fait très « petite ville anglaise » avec ses cottages fleuris et ses cabines téléphoniques et boîtes aux lettres rouges. Nous nous baladons un peu, passons une tête dans l’église, faisons quelques achats dans les boutiques de souvenirs. Nous terminons par un rapide tour du musée, très dense, le temps nous manque ! A côté du musée nous rencontrons un Français voyageant en voilier, il va passer plusieurs semaines entre Falkland et Géorgie. Nous papotons un peu avec lui avant d’attraper la dernière navette pour retourner au bateau.

L’église

Dans le musée

Je reste un bon moment sur le pont alors que nous quittons Stanley. Je regarde la ville s’éloigner, je revois notre balade du matin et Gipsy Cove, ainsi que le phare. Il n’y a pas vraiment de coucher de soleil, mais le ciel se pare tout de même de jolies couleurs… Nous passons un bon moment au salon panoramique avec Benoît, à regarder le ciel et l’océan. Deux dauphins viennent sauter à côté du bateau, puis ce sont des manchots et des albatros en train de pêcher.

Nous dînons avec deux couples d’Australiens. Les rencontres font partie du plaisir de ce voyage… Les gens viennent tous d’horizons très différents. Dans la soirée, Tessa nous prévient que le bulletin météorologique annonce beaucoup de vent pour les deux jours à venir… Elle nous conseille de bien ranger nos affaires dans nos cabines, et de prendre des médicaments contre le mal de mer. Poum poum poum, on dirait bien que l’on va rentrer dans le vif du sujet ! J’attaque l’homéopathie, on verra bien…

Tagué , , , ,

2 réflexions sur “[Antarctica 2019 #5] – Stanley, capitale des Falkland

  1. laurianne132 dit :

    J’adore vivre cette croisière avec vous… J’aimerais bien la vivre vraiment car vous voyez des choses qui font rêver (les manchots empereurs et tous les oiseaux) mais voilà, il faut monter sur un fichu bateau !!! Et quand je lis la fin de ton article, du coup, mon envie s’effondre. Et pourtant, je ne suis pas malade (à vomir) mais tellement mal et angoissée… Je te trouve bien courageuse ! En tout cas, continue à nous abreuver de belles photos et de récits passionnants. Bisous à vous deux

    • Je comprends ! On a finalement eu une grosse tempête un peu plus tard, avec des vagues de 15 à 20 mètres, et j’étais bien contente d’être sur un bateau en lequel j’avais confiance… C’est impressionnant ! En « plus facile » je pense il y a le Spitzberg. Hurtigruten y propose des croisières d’une semaine qui ont l’air top ! Gros bisous 🙂
      PS : On a vu des manchots royaux mais pas des empereurs 😉 Ceci dit ils se ressemblent… mais les empereurs sont un peu plus gros, et dans des zones plus reculées de l’Antarctique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :