Le marathon de New-York

Le marathon de NY est l’une des (si ce n’est LA) course(s) les plus mythique(s) au monde, et il tombait le dernier jour de mon séjour – ou en tout cas, le jour que je pensais être le dernier de mon séjour… mais ceci est une autre histoire, qui vous sera racontée en fin d’article ;-). Bref, là encore c’était fortuit mais il n’était pas question de rater ça. La course traverse les 5 boroughs (quartiers) de NY : les coureurs partent de Staten Island, traversent Brooklyn, le Queens, Manhattan, le Bronx puis de nouveau Manhattan, avec notamment un grand trajet dans Central Park.

Je me suis positionnée successivement à plusieurs endroits, d’abord sur la 5è avenue que j’ai descendu le long de Central Park et du trajet des coureurs, puis à l’intérieur du parc. J’ai ainsi bien pu voir les coureurs et l’ambiance ! Tout le long du parcours, des stands de ravitaillement attendant les coureurs avec de l’eau, des boissons énergétiques et des fruits.

Le symbole des 23 miles déjà parcourus… plus que 3.2 !

Centre médical d’urgence

Ravitaillement

L’atmosphère est très bon enfant, les gens encouragent beaucoup les coureurs et encore plus lorsqu’ils les voient peiner. Au début les coureurs arrivaient au compte-goutte ; il y a plusieurs vagues de départ et les premiers à passer sont les participants handicapés, puis les plus rapides des femmes, les plus rapides des hommes, et enfin le peloton mixte. Shalane Flanagan, la future gagnante femme du marathon, est d’ailleurs passée à 10cm de moi, j’ai cru que ma voisine allait faire un malaise de bonheur !

Sur le haut de Central Park il n’y a pas énormément de spectateurs

Shalane Flanagan !

Je voulais initialement me rapprocher au maximum de la ligne d’arrivée mais je n’ai pas pu y accéder, toute la zone était fermée et réservée aux gens avec billet ou aux familles. En tout cas cela a réveillé mes envies de faire un jour cette course !

La zone de fin de course

Enfin, à défaut de marathon couru j’ai eu mon petit marathon d’organisation personnelle, puis qu’en arrivant à l’aéroport le soir j’ai appris que mon vol Icelandair 1) avait été annulé 2) n’était pas reprogrammé. Joie, bonheur… Il fallait pourtant bien que je puisse rentrer à Paris, et surtout à la Réunion. Trois heures de file d’attente, de négociation et d’insistance en mode « disque rayé » ont fini par débloquer la situation sous la forme d’un billet sur un vol direct British Airways le lendemain soir. D’ici là, Icelandair m’a logée au Marriott, dîner et petit-déjeuner inclus. J’ai donc pu bénéficier d’un petit rab’ de NY le lundi 6 novembre, qui m’a permis de constater que l’on m’avait dit vrai : les marathoniens se baladent bel et bien le lendemain de la course avec leur médaille autour du cou ! J’en ai même croisé dans l’aéroport, la médaille sur eux ou bien négligemment glissée dans une poche de sac à main, dépassant ostensiblement 😉

Mon marathon à moi…

…et mon havre de paix le soir !

Publicités
Tagué , , , , ,

Une réflexion sur “Le marathon de New-York

  1. […] à l’annulation de mon vol Icelandair NY-Reykjavik, je parviens donc à me faire reprogrammer sur un vol direct British Airways le lendemain. Ce que […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :