[Chili J19] – Santiago, à la découverte de Bellavista et de la Chascona

Pour cette dernière journée chilienne, « zen » est le maître mot… J’ai l’impression d’avoir vraiment bien profité de mon voyage, et j’ai envie de vivre cette dernière journée de vacances sur un mode « relax ».

La matinée passe vite entre grasse matinée, rangement et blog, et je pars me balader sur le coup de midi. Mes objectifs pour la journée sont légers, puisque je veux simplement me balader dans le quartier de Bellavista et découvrir la Chascona, la maison de Pablo Neruda. Je prends donc le métro jusqu’à la place Baquedano (celle avec l’immeuble-téléphone)… et je découvre que tout est bloqué par une grande course cycliste. Il y a pas mal de monde, et les cyclistes se font vivement encourager lorsqu’ils passent ! Il semblerait que cette course fasse partie des jeux sudaméricains 2014. Les cyclistes amateurs sont également de sortie et profitent de l’absence de voiture pour se faire plaisir.

P2350166

P2350165

Parc floral

Parc floral

P2350177

Un grand détour plus tard j’arrive à Bellavista. Avec ses rues paisibles et ses petites maisons colorées, c’est un quartier où il fait bon se promener… Il y a pas mal de street art dans les rues, des graffitis, des sculptures… Je retrouve une silhouette humaine sur un toit comme nous avions vu à Rotterdam. Je marche les yeux en l’air et je m’installe en terrasse pour déjeuner, sous un grand parasol.

Arrivée à Bellavista

Arrivée à Bellavista

P2350198

P2350204

P2350209

P2350215

C’est dans ce quartier de Bellavista que se trouve l’une des maisons de Pablo Neruda, grand poète chilien. Il en avait une à Santiago, une à Valparaiso et une sur l’isla Negra. Nous avions visité cette dernière en 2012, et cette année j’ai décidé de découvrir celle de Santiago. La maison de Valparaiso, ce sera pour le prochain voyage… 😉 La maison de Santiago s’appelle la Chascona, ce qui veut dire « l’ébourriffée »… comme la chevelure de sa femme Mathilde. Cette maison, dans laquelle Pablo Neruda est mort en 1973, est en fait constituée de trois petites maisons étagées dans un jardin arboré. Elles sont à son image, pleines de poésie fantaisiste, de détails et de chaleur ! Il ramenait de ses nombreux voyages des objets et des meubles qui trouvaient ensuite leur place dans l’une ou l’autre de ses maisons. Les pièces sont pleines de fabuleux détails, comme les inoubliables verres de couleur « parce que l’eau y a meilleur goût », le poivrier et la salière prénommés « haschich » et « cocaïne » (petite blague qu’il aimait faire à ses invités) ou encore le tableau de sa femme Mathilde, dans la chevelure de laquelle se devine le profil du poète… La visite se fait avec un audioguide en français, ce que j’apprécie.

Le jardin de la Chascona (photos interdites à l'intérieur)

Le jardin de la Chascona (photos interdites à l’intérieur)

Portrait de Mathilde par Diego Rivera - source clarando.blogspot.com

Portrait de Mathilde par Diego Rivera – source clarando.blogspot.com

P2350272

En sortant je me lance dans une découverte culinaire, les chips d’avocat. C’est inattendu, mais contre toute attente plutôt bon, même si c’est un peu trop salé ! Je fais un tour dans le parque Metropolitano, au pied du funiculaire pour le cerro San Cristobal. En ce dimanche c’est aussi bondé que le jour où nous y étions allés avec Benoît…

P2350285

La queue pour le funiculaire dans le parque Metropolitano

La queue pour le funiculaire dans le parque Metropolitano

Ma dernière étape du jour a lieu dans le patio Bellavista, un endroit qui nous avait bien plu avec ses boutiques, ses restos et sa déco. Je retrouve avec joie le glacier qui m’avait tant emballée en 2012 : on choisit un ou plusieurs fruits, du sucre ou du manjar (confitude de lait), et le tout est mixé avec du frozen yogurt vanille ou chocolat. C’est un délice absolu…

P2350338

P2350334

Le classique enchaînement pré-départ se met ensuite en place : métro, récuperation des bagages, au-revoir à Javiera, re-métro, bus pour l’aéroport, check-in, sécurité… et re-sécurité avant de monter dans l’avion, où l’on me confisque ma bouteille d’eau soigneusement re-remplie dans les toilettes après la sécurité. Grrr ! Sur le moment je ne comprends pas trop, mais quelques heures plus tard j’apprendrai qu’un avion a mystérieusement disparu entre la Malaisie et la Chine deux jours auparavant, et je pense que ceci explique cela… L’avion est à moitié vide et je n’ai pas de voisin, alors j’en profite pour m’étaler et je dors 5 heures sur les 9 du voyage, pas mal ! Prochaine étape : le Texas !

Publicités
Tagué , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :