J324 : Let’s go to Macao !!!

IMG_1150Macao, ancienne enclave portugaise redevenue chinoise en 1999, fait partie des excursions à la journée assez faciles à réaliser depuis Hong Kong, et c’est ce que je décide de faire le mardi. C’est elle aussi une province chinoise ayant un statut à part, donc pas besoin de visa. Youhou ! Pour y aller j’ai le choix entre une heure de bateau… ou dix minutes d’hélicoptère ^^ J’opte bien sûr pour le bateau. Nous sommes placés comme dans un avion mais j’ai la chance d’avoir un siège côté fenêtre, super !

 

Une fois arrivée au terminal des ferries à Macao, je prends le bus pour aller dans le centre-ville. Je garde le nez collé à la vitre durant tout le trajet, le bus passe devant plein de trucs cool, de belles statues, de beaux parcs, des casinos… je sens que cette journée va être sympa ! A côté de moi un Malien francophone tente de me faire avouer que je viens ici pour le business (quoi, 4 mois en Asie, mais tu fais du business ici !), c’est marrant cinq minutes mais je ne suis pas fâchée d’arriver à destination ^^

La statue Kun Lam, déesse de la miséricorde, censée protéger la population des typhons

Le casino Grand Lisboa, en forme d’ananas

Je commence ma visite par la place Largo de Senado, qui est la place principale de Macao. L’influence portugaise est nette, que ce soit dans le style des bâtiments ou dans leurs couleurs vives. Le nom des rues est d’ailleurs toujours écrit en portugais. Le sol est pavé en blanc avec des courbes noires figurant les vagues de l’océan. Les décorations pour la fête nationale n’ont pas été retirées et les rues autour de la place sont pleines de petits lampions en forme d’animaux, de fruits… Bon, par contre c’est plein de monde ! Je découvre deux spécialités locales, les tranches de viande séchées et les tartelettes portugaises (comme de petits flancs). C’est super bon.

Arrivée sur la place Largo de Senado

L’église Santa Casa de Misericordia

Les plaques de viande séchée, étonnamment bonnes… surtout le « spicy pork » !

Les tartelettes portugaises

Je déjeune au marché central, dans une petite échoppe qui fait cuire des cassolettes avec riz, chou, oeuf et sauce soja. Pour manger on s’installe là où il y a de la place, et je partage ma table avec une dame et ses deux enfants. C’est bon et… bourratif consistant ! Voilà de quoi visiter toute l’aprèm sans faiblir… Enfin, je suis déjà frappée par le décalage entre l’architecture très portugaise de la place, et le style beaucoup plus chinois du marché et des petites boutiques qui l’entourent. On y trouve des herbes, des plantes médicinales… il y a même une boutique spécialisée dans les ailerons de requin. (Je croyais que c’était protégé, les requins, non ??)

Les cassolettes qu cuisent

Les ailerons de requins

J’attaque ensuite la visite de l’église Sao Domingo et du petit musée d’art religieux (gratuit !) associé. L’église est belle à l’extérieur comme à l’intérieur, avec ses couleurs et ses bois tropicaux.

L’église Sao Domingo

Je poursuis avec le Leal Senado, toujours sur la place principale. J’aurais aimé visiter sa bibliothèque – apparemment magnifique – mais elle est fermée aujourd’hui, dommage ! Je me contente du patio et du jardin intérieur, plein de plantes et d’azulejos.

Le Leal Senado

Je quitte ensuite la place principale, histoire d’aller me perdre un peu dans les petites rues. La petite rue Felicidades est particulièrement mignonne avec ses maisons basses aux volets rouges, abritant boutiques et restos au rez-de-chaussée.

Je poursuis vers le port, où immeubles populaires et délabrés voisinent avec des complexes hôtel+casino au luxe ostentatoire. Macao est le paradis des joueurs, et les casinos sont légion.

Je poursuis ma balade avec la visite de l’église st Antoine puis du jardin Camoès. Dans ce dernier se trouvent de jolies mosaïques, ainsi qu’une partie rendant hommage au poète espagnol Camoès : « Malheureux exilé, cet émule d’Homère / Acheta son génie au prix de sa misère ». Ah, qu’est-ce que j’aime les alexandrins ! Ce jardin semble être le rendez-vous des hommes chinois du coin…

L’église Sao Antonio

Un genre de chemin de croix ?

Juste à côté du jardin Camoès se trouve l’ancien cimetière protestant, où sont enterrés de nombreux colons occidentaux. L’étude des plaques tombales montre qu’il s’agit principalement d’hommes jeunes, morts à la suite de blessures au combat ou de maladies tropicales. On trouve également des tombes de jeunes enfants et de jeunes femmes, mortes en couches ou de maladie tropicale là encore. Le cimetière est bien entretenu, et il y règne une atmosphère paisible en cette fin de journée. On y trouve également une église toute blanche, où se tient tous les dimanches le seul service en anglais de Macao.

Je file ensuite vers le cimetière catholique portugais Sao Miguel. Les ombres s’allongent et les gens sortent sur le trottoir pour discuter, accrochant les cages de leurs oiseaux là où ils peuvent… y compris sur les panneaux de signalisation !

Je poursuis vers le jardin de Lou Lim Ioc, réputé être le plus beau jardin chinois de la ville. C’est vrai qu’il est chouette avec ses ponts de pierre, son étang et ses nénuphars. Il y a une expo de peinture dans le pavillon central, ainsi qu’un petit musée du thé juste à côté. Là encore le quartier est sympa avec ses bâtiments d’influence portugaise et ses mosaïques au sol. Il y a plein de petites expos gratuites cachées au hasard des bâtiments, et j’en découvre une sur les marionnettes. La nuit tombe et les lumières de la ville s’allument une à une…

Le jardin Lou Lim Ioc

Dernière grosse visite de cette journée bien remplie, l’église Sao Paulo… ou plutôt ce qu’il en reste, c’est-à-dire une grande façade qui est l’emblème de Macao, et qui surplombe la ville. Cette façade est impressionnante de par sa taille, mais aussi de par la qualité et la finesse des sculptures et des détails qui l’ornent. J’adore ! De là-haut la vue sur la ville est belle…

Je redescends tout doux vers la place principale ; les rues sont noires de monde mais tout est illuminé, les boutiques, les monuments et… tous les petits lampions ! C’est féérique, on se croirait à Paris lors des illuminations de Noël.

L’église Sao Domingo

Lorsque l’on s’éloigne de la place principale les décorations se font plus discrètes, mais les monuments restent globalement bien illuminés. Ils apparaissent au détour de petites rues pavées quasiment désertes, où règne une atmosphère assez magique… C’est tout particulièrement le cas dans le joli quartier du largo do Santo Agostinho.

La cathédrale

Le théâtre Dom Pedro V

L’heure tourne et il est temps de me diriger vers la dernière étape de cette journée bien remplie : les casinos !!! Macao est une plaque tournante du jeu et du blanchiment d’argent via les salons VIP, et comme à Las Vegas les casinos rivalisent de grandeur et d’originalité pour attirer les clients. Je suis munie d’une subvention grand-maternelle de 5 euros pour jouer, soit 50 HK$, et je me décide pour le casino emblématique de Macao : le Grand Lisboa. Les photos sont interdites à l’intérieur mais c’est littéralement immense, clinquant, plein de machines à sous – ici appelées « les tigres affamés » ! – et de plateaux de jeux. Il y a aussi une scène avec une pool-danseuse ( !)… et de la fumée partout, car on a le droit de fumer à l’intérieur.

Le quartier des casinos

Le Grand Lisboa, en forme d’ananas

Je m’installe sur l’une des machines à sous, je commence par gagner (un peu), et puis finalement je perds toute ma mise. Autour de moi les gens sont concentrés, la plupart ne sourient pas voire appuient sur les boutons de leurs machines de manière automatique… ça fait un peu peur, à vrai dire !

De retour au terminal des ferries je découvre avec horreur que le prochain ferry pour Hong Kong avec de la place est… à 3H du matin, dans 5 heures donc. Aaaah ! J’aurais dû réserver ma place en arrivant ce matin, mais je pensais que ça serait bon. Prise d’une intuition je ne prends toutefois pas de billet pour le moment, et je fais un tour dans le terminal… Je découvre le guichet pour l’hélicoptère, qui part dans 30 minutes –ah, si seulement j’avais centuplé ma mise au casino… ! – mais aussi, plus intéressant, un guichet pour des ferries allant à Kowloon… il y a de la place sur le ferry de 22H30, alors je fonce !

Dans le bateau je suis assise à côté d’un étudiant chinois qui passe 6 mois à HK dans le cadre d’un échange. Il fait une drôle de tête, et j’apprends vite qu’il vient de perdre toute sa mise au casino… Dur, il avait joué 300 euros ( !!) Pas de doute, les jeux d’argent font bien des ravages…

J’arrive à 23H40 à Kowloon, et là le gros challenge est de trouver comment rejoindre l’île de Hong Kong… Il n’y a plus de ferry, et le métro ferme à minuit. Je cours !!! J’arrive à temps au métro –qui en fait circule un peu plus tard que ce que l’on m’avait dit. J’attrape même l’un des derniers tramways et je pousse la porte de chez moi peu avant 1H… Fatiguée mais heureuse de cette excellente journée. Demain, dodo !

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Une réflexion sur “J324 : Let’s go to Macao !!!

  1. Benoit dit :

    C’est cool que ce soit aussi bien illuminé de nuit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :