Angkor, round 1 : le Bayon et Angkor Wat

Nous prenons le petit-déjeuner sur le toit-terrasse de l’hôtel. Ce n’est pas un buffet comme à Phnom Penh, mais ils nous ont fait remplir une petite fiche hier avec ce que nous voulions manger et c’est hyper copieux.

Nous retrouvons ensuite le guide francophone qui nous accompagnera aujourd’hui dans notre découverte d’Angkor. A cette occasion les parents de Benoît ont loué un minibus, cela nous permettra ainsi de voyager tous ensemble entre les sites et de tous profiter des explications du guide.

Dès notre entrée sur le site nous sommes frappés par la grandeur des lieux… C’est immense, et un moyen de locomotion s’avère indispensable pour aller de site en site. Près de 300 temples sont regroupés dans le complexe d’Angkor, et il faudrait des semaines pour tous les visiter.  Nous nous contenterons donc, avec notre pass 3 jours, de visiter les plus emblématiques.

Nous commençons ce matin par Angkor Thom, ancienne ville royale dont le temple principal s’appelle le Bayon. La porte d’entrée dans la ville nous met tout de suite dans le bain, avec ses dimensions gigantesques et le motif du « barattage de mer de lait », un mythe hindou que nous reverrons à de nombreuses reprises. La légende raconte en effet que dieux et démons (tous mortels, à l’époque) se sont affrontés dans la mer originelle, barattant cette dernière afin d’en tirer le nectar d’immortalité. On rencontre ainsi souvent en Asie cette représentation de deux équipes tenant le Naga (serpent sacré) – d’un côté les dieux, de l’autre les démons – et tirant dessus dans un sens puis dans l’autre afin de baratter cette mer de lait.

Porte d’entrée dans la ville

Barattage de la mer de lait, du côté des démons

Le temple du Bayon est très grand, mais le plus impressionnant ce sont les dizaines de figures sculptées dans la pierre sur chacun de ses murs et chacun de ses sommets. Il est actuellement en train d’être rénové par une équipe japonaise.

Le Bayon

Pause au sommet pour les ouvriers qui rénovent le temple

Visages dans la pierre

Bas-relief

Notez Indiana Jones père à l’arrière, sans aucun doute en train de photographier une Apsara (explications plus bas dans l’article ;-))

Nous poursuivons notre découverte d’Angkor Thom avec la terrasse aux éléphants, décorée de nombreux bas-reliefs et sculptures représentant ces animaux. C’est un coup de cœur pour Aurélie ! Cette terrasse se poursuit par la terrasse du roi lépreux, ainsi appelé car lorsque les archéologues y ont retrouvé une statue du roi très abîmée au niveau des mains et des pieds (à cause du temps qui passe, il n’était pas lépreux en vrai !)

La terrasse aux éléphants

Détail des bas-reliefs…

… et des sculptures !

Nous déjeunons dans un petit resto au bord de la rivière, avant de nous diriger vers le clou de notre visite à Angkor, ou en tout cas le temple le plus célèbre du pays : Angkor Wat. C’est un grand moment pour Philippe, qui rêve depuis 60 ans de voir ce temple, et pour Benoît dont c’était l’un des gros hot spots du voyage.

Et voici… Angkor Wat !

Angkor Wat vaut bien sa réputation, c’est un véritable chef d’œuvre architectural. Construit au XIIè sicècle il a fait peau neuve récemment avec un gigantesque programme de rénovation qui lui a rendu toute sa beauté, ou presque. Nous passons le reste de l’après-midi à le découvrir avec notre guide, des cours intérieures aux bas-reliefs incroyables de précision, de la « salle aux 1000 Bouddhas » au jardin qui l’entoure. Philippe confirme son intérêt pour les Apsara, des divinités féminines danseuses représentées partout dans le complexe d’Angkor.

Des couloirs d’une longueur impressionnante

Ça baratte aussi sur les bas-reliefs !

Les escaliers sont bien raides par ici…

Les fameuses Apsara

Vue depuis le haut d’Angkor Wat

Cour intérieure, sous la pluie

Le sommet d’Angkor Wat représente le mont Meru, centre de l’univers pour les hindous

Fenêtre sur cour

Impacts de balles laissés par les Khmers Rouges lorsqu’ils ont délogé les gens qui s’étaient réfugiés dans le temple au moment de la mise en place du régime

Nous restons au final plus de trois heures dans Angkor Wat, et lorsque nous ressortons il est temps de rentrer à l’hôtel, le complexe ferme. Nous finissons cette soirée en beauté par un spectacle de danses traditionnelles cambodgiennes donné au Raffles. Le cadre est superbe, et les danseuses très bien. Plusieurs tableaux dansants nous illustrent ainsi des histoires de la mythologie cambodgienne… et il y a la « danse des Apsara » !

Nous dînons en ville avant d’aller prendre notre dessert au « Blue Pumkin », une boulangerie-pâtisserie dont Aurélie n’avait entendu que du bien. Nous testons leurs glaces et quelques viennoiseries, tout est très bon.

Publicités
Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :