A l’assaut des trois Salazes ! (14 et 15 août 2020)

La randonnée permettant d’accéder au pied des trois Salazes, ces éperons rocheux que l’on aperçoit si souvent lors de nos randonnées réunionnaises, est l’une des randonnées mythiques de la Réunion. Réputée aussi vertigineuse que spectaculaire, elle se fait avec un guide de haute montagne. Benoît n’était pas très tenté, j’ai donc profité de la présence d’un couple d’amis à la Réunion pour me joindre à eux et enfin découvrir les trois Salazes !

Pour l’occasion nous avons posé notre vendredi, et nous nous retrouvons à Saint-Louis. De là, ce sont 400 virages qui nous attendent jusqu’à Cilaos, où nous arrivons en milieu d’après-midi. Nous posons nos valises à l’Otroiza Hôtel, un petit hôtel familial très sympa à deux pas du centre de Cilaos. Nous filons ensuite faire quelques achats alimentaires en prévision du lendemain, avant de nous attabler autour de bonnes petites crêpes.

Notre chambre…

… et sa vue sur les remparts de Cilaos. Nous avons même aperçu les 3 Salazes (mais on ne les voit pas sur la photo)

Après une petite pause à la chambre nous ressortons dîner ; ce soir nous testons le Cottage, un resto qu’avec Benoît nous avons repéré depuis un moment. Bilan, il faudra que nous y retournions ensemble car c’était délicieux !  Ce resto est situé dans un chalet qui surplombe la mare à Joncs ; avec la déco « bois » et les copieux plats, j’ai l’impression d’être en Suisse dans une station de montagne ! Parfait pour le dépaysement 😉 A 22 heures tout le monde est couché, c’est que demain le réveil va sonner à 3H45… ça va piquer !

Comme prévu le réveil samedi matin se fait dans la douleur. Avec un RDV fixé à 4H, c’est mon départ en rando le plus matinal… On retrouve le groupe, avec le guide nous sommes 8, et nous attaquons la montée à la lumière de nos lampes frontales. Je connais bien la première partie du sentier, car elle est commune avec la montée vers le col du Taïbit. On enlève progressivement nos épaisseurs, la grimpette ça réchauffe même si le fond de l’air reste frais (environ 14°C). Au bout de 45 minutes nous arrivons à la tisanerie de l’îlet des Salazes, où je me sers un verre de tisane « montante », laissée en libre-service. Elle est froide mais ça fait du bien de faire une petite pause !

Peu après nous quittons le sentier du Taïbit et nous bifurquons sur la droite. Le sentier, d’abord assez plat et facile, devient ensuite très raide et caillouteux. A certains passages c’est carrément de l’escalade ! Un peu avant 7H nous finissons par arriver sur la crête qui sépare les cirques de Cilaos et de Mafate, et où sont situées les trois Salazes. Le jour est en train de se lever, les nuages se colorent de rose, et la vue sur les cirques est magnifique. Côté Mafate nous sommes juste au-dessus du plateau du Kerval, où nous avions bivouaqué en 2018. Je ne pensais pas voir un jour du dessus ce plateau qui m’avait tant fait rêver, c’est une excellente surprise pour moi !

Lever du jour sur la Réunion

Vue sur le plateau du Kerval et son lac, au bord duquel nous avions bivouaqué

Nous commençons à avancer sur la crête, d’abord seuls puis encordés. C’est la première fois que je marche en cordée ! La crête n’est pas large, il faut faire attention à l’endroit où l’on pose nos pieds, et ne pas trop se laisser distraire par la vue, pourtant spectaculaire ! A gauche le cirque de Cilaos, à droite celui de Mafate… J’ai l’impression d’être suspendue entre ciel et terre, j’adore ! Par contre il fait bien frais, je remets des épaisseurs… il y a même du givre à certains endroits sur le sol.

Progression sur la crête en direction des trois Salazes

Les choses finissent par se corser lorsque nous arrivons face au premier mur rocheux à escalader. Je n’ai pas fait d’escalade depuis le CE2, et même si l’escalade sur cette rando est vendue comme « facile », je me méfie… et je vois que j’avais raison quand je vois mon amie, qui a fait plus d’escalade que moi dans sa vie, galérer juste devant moi ! Je suis la deuxième à passer ; au début ça va, je me débrouille, et puis je me retrouve coincée sur la paroi, avec des prises qui me semble très instables. Je commence à paniquer, je sens mon cœur battre très fort, je ne sais plus comment faire ni par où passer… Quant au guide, je ne le trouve pas très aidant sur ce coup-là. Bref, je finis par me dépatouiller à peu près, mais ce n’était pas évident du tout !

ça c’était sur une partie plus facile 😀

La suite se passe mieux. Il y a encore un peu d’escalade mais elle me semble plus facile, et puis nous arrivons au pied des trois Salazes… Quelle émotion de se trouver ainsi au pied de ces trois roches, que j’ai si souvent cherchées et admirées lors de nos randonnées ! Il n’est que 9 heures mais tout le monde est affamé, nous sortons les sandwichs en attendant que le groupe devant nous ait terminé son escalade. En effet la rando ne s’arrête pas là, maintenant nous allons grimper sur deux des trois Salazes (la troisième est fendue et nous n’y allons pas). La vue est absolument superbe, d’autant plus que nous avons une météo idéale avec un ciel parfaitement dégagé. On distingue très bien tous les îlets du haut Mafate et de Cilaos.

Les trois Salazes

Vue sur Cilaos à gauche…

… et sur Mafate à droite !

Zoom sur le plateau du Kerval, désormais au soleil

Une fois que l’accès est libéré, chacun à notre tour nous escaladons la deuxième Salaze. Nous rejoignons ensuite la première grâce à une tyrolienne. C’est impressionnant !

Bye-bye les Salazes !

Et puis, il faut bien redescendre… Après un aller placé sous le signe de l’escalade, le retour se fait en rappel. Je préfère ^^ Le dernier rappel fait une quarantaine de mètres quand même… A un moment j’entends un « poc », c’est un caillou qui vient de tomber sur mon casque. Heureusement que je l’avais ! C’est la journée de l’aventure 😉 Nous redescendons ensuite par le même chemin qu’à l’aller. A la tisanerie nous nous régalons de beignets de carottes, de gâteau manioc et de tisane « descendante » cette fois, le tout fait maison et en « pay what you wish ». Pour ceux qui ont très faim il y a même des carrys. Cet endroit est décidément le petit bonheur des randos du coin !

Marche en cordée sur le retour

Dernière photo de mon plateau chouchou 😉

La pause s’impose

Nous rejoignons la voiture bien fatigués mais ravis de cette randonnée exceptionnelle, et avec des souvenirs pleins la tête… Malgré les bleus aux genoux et les courbatures, cette randonnée restera pour sûr parmi mes coups de cœur réunionnais !

Tagué , ,

6 réflexions sur “A l’assaut des trois Salazes ! (14 et 15 août 2020)

  1. Marie Claude dit :

    Et bien là, je n’ai qu’un mot à dire : FELICITATIONS de nous faire partager cette belle aventure car je me suis vue avec toi…… C’est superbe et j’ai eu peur en même temps que toi, surtout l’heure de ta montée à laquelle ton guide ne t’a pas aidée….. Je n’ai pensé qu’à une seule chose « Oh là là et pour la descente ? mais bien sûr, je n’ai pas pensé « au Rappel », c’est vrai que cela est quand même plus facile une fois que l’on est lancé….. il faut quand même un peu de courage pour le démarrage du Rappel dans le vide. Heureusement que tu avais avec toi tes amis, cela t’a soutenue…. Je pense et suis sûre que cette ascension restera gravée à jamais dans ta mémoire. C’est vraiment fabuleux…..
    J’ai une petite anecdote à raconter : lors d’une escalade dans les Alpes avec une de mes amies nous étions parties avec l’UCPA (merci ma soeur -qui m’a gentiment rappelé le nom de l’UCPA-) et là, pendant que j’étais en train d’escalader ,encordée bien sûr, j’entends « pierres » ce qui signifiait qu’un éboulement s’était produit et là…………….. sans réfléchir………. (aucun commentaire s’il vous plait) je mets mes 2 mains sur le casque….. !!!! bien sûr, j’ai dévissé… me voilà suspendue…. heureusement pour moi, il y avait juste un endroit plat en dessous sur lequel je suis tombée. J’ai mis quelques instants pour me remettre de mes émotions (que je viens de revivre grâce à toi) et j’ai une « petite » cicatrice en souvenir sur mon majeur droit. Et le soir, au repas…. j’étais avec d’autres jeunes et un gars prend la parole en racontant mon épopée…. et de dire « Cette fille -je n’écrirai pas ici le terme employé- a mis ses 2 mains sur le casque, et moi de lui répondre et bien cette fille-là, c’est moi !!!.
    Donc, tu peux voir et comprendre que j’ai bien partagé avec toi tes propres émotions.
    Merci pour les beaux paysages et les belles photos….. Bonne continuation pour vos vacances et en pensées avec vous dans le Verdon… Gros bisous. Marie Claude.

    • Oh la la mais quelle histoire !! Que d’émotions tu as dû avoir ! Merci d’avoir partagé cette anecdote que je ne connaissais pas. Tu me montreras ta cicatrice quand on se verra 😉 De mon côté je n’étais pas rassurée à certains moments, mais à la fin j’étais bien fière de moi !
      Gros bisous et à bientôt 🙂
      Aurélie.

  2. marie dit :

    Bravo pour cette expédition ! Je pense que j’aurais eu un peu peur du vide mais quelle récompense à la fin !

  3. Coralie dit :

    Bravo ! ça semblait difficile mais les photos sont superbes, ça valait le coup 🙂
    Bisous

    • Coucou 🙂 C’était un challenge c’est sûr… et vraiment je ne faisais pas la fière lorsque je me suis retrouvée coincée sur la paroi rocheuse, à ne plus réussir à escalader ! Pfiou ! Mais ça fait de supers souvenirs 🙂 Bisous !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :