J177 et J178 : Kings Canyon (8 et 9 mai 2012)

EDIT DU 05/06 : Bien arrivés en Inde ! Il fait beau et (très très) chaud, on tourne à 5 ou 6 litres d’eau/jour… chacun ^^ Côté santé c’est tourista depuis 3 jours, simultanément, super. L’Inde tient ses promesses, belle, vivante, sale, colorée et bruyante. On vous laisse avec la presque fin du désert australien, et à bientôt pour la suite ! Plein de bisous. A&B

Mardi matin nous nous levons tôt, et nous avons la belle surprise d’assister au lever de soleil sur notre petite aire, avec les hautes herbes et les arbres morts c’est très joli. Voilà une journée qui commence bien !

Notre destination du jour est Kings Canyon, surnommé « le grand Canyon du Centre rouge ». Nous roulons plutôt bien. Le long de la route nous voyons fréquemment de petits melons ou de petites courges qui poussent là, c’est marrant !

Les petites courges

Nous arrivons à destination vers 11H, et attaquons tout de suite la petite balade de Kings Canyon Creek pour nous mettre en jambes. Nous longeons un lit de rivière asséché (oui, il y a des choses qui ne changent pas…), jusqu’à une plateforme dans les arbres offrant un beau point de vue sur les falaises composant le canyon. Nous apercevons de petites silhouettes tout en haut, c’est par-là que nous allons !

Début de la balade, chapeau anti-mouches included !

Vue sur le canyon depuis la plateforme

Nous revenons donc sur nos pas jusqu’à l’embranchement vers la Rims Walk, la célèbre balade qui longe les bords du canyon. Le début de la marche est franchement décevant, et nous nous disons un peu « tout ça pour ça ?? ». Nous marchons au milieu de roches rouges, certes, mais ça fait 5 jours que nous marchons dans ce genre de paysages… et puis ça grimpe sans cesse, sous une chaleur écrasante. Nous pique-niquons au milieu d’une montée particulièrement ardue.

Heureusement le paysage change en arrivant sur le sommet du canyon, et devient alors franchement sympathique. Outre les roches rouges, il y a également beaucoup de formations rocheuses constituées de couches calcaires superposées. On dirait presque des ruines de bâtiments par moments, ce n’est pas pour rien que l’un des plateaux est surnommé « Lost City », la cité perdue.

A l’entrée de la cité perdue…

Autre curiosité de la balade, le jardin d’Eden. Il s’agit d’un trou d’eau dans lequel on peut se baigner, mais l’eau semble croupie, la chute d’eau étant asséchée. Qui plus est il y a plusieurs gros frelons rouges vraiment pas engageants qui volent au-dessus de l’eau.

Le jardin d’Eden… moins luxuriant que ce que son nom laissait espérer !

La balade n’est pas très bien fléchée, et nous croisons plusieurs autres Français qui se demandent si c’est une boucle ou un aller-retour. Au final c’est bien une boucle, mais on galère à plusieurs reprises pour trouver les flèches. C’est sympa d’être ici en hors-saison, mais du coup impossible de suivre les gens 😉

En haut du canyon

Le sol porte encore les rides créées par l’eau il y a fort longtemps !

Vue d’en haut sur le canyon, ça valait le coup de monter !

La fin de la balade est assez éprouvante car il fait très chaud et nos réserves en eau commencent à sérieusement diminuer. Nous ne sommes pas fâchés là encore d’apercevoir le parking, et de pouvoir nous poser dans le van autour d’un bon thé !

L’infatigable Aurélie a également repéré une autre petite balade un peu plus loin, qui amène à des chutes d’eau. Au terme d’une négociation poussée, « ok, on y va si on attaque le paquet de chips sur le chemin » nous découvrons une cascade …. asséchée. Et oui nous sommes dans le désert, en plein dans la saison sèche… au grand dépit d’Aurélie, qui espérait que ces chutes ne seraient pas à sec puisqu’étant les plus grosses du coin.

L’échec cascadesque !

Vestiges nostalgiques d’un paddock abandonné

Nous assistons au coucher de soleil depuis cette balade et attaquons un morceau de la route du retour, de nuit …. (A 60-70km/h comme d’hab). Nous sommes dans un premier temps surpris de croiser peu d’animaux ce soir, à peine quelques souris et aucun kangourou… Jusqu’à ce que Benoît pile, à notre droite un troupeau d’une dizaine de chameaux sauvages court dans le désert, sous la pleine lune. Nous nous arrêtons pour les éclairer un peu avec les phares. Le spectacle est totalement irréel, et magique ! Nous ne nous lassons pas de les observer. Nous sommes ravis, nous qui rêvions de voir ces fameux chameaux sauvages ! Le centre rouge est le dernier endroit au monde où ces animaux vivent en totale liberté.

Difficile de saisir en photo la magie de l’instant…

Nous commençons à fatiguer, et nous préférons nous arrêter pour la nuit une aire plus tôt que prévu.

Fatigués mais heureux !

Le dernier jour de notre road trip est marqué par la route de retour à Alice Springs. Hé oui, il faut bien rendre le van… Nous roulons bien, et arrivons en avance en ville. Nous faisons quelques photos près du panneau de la ville, puis nous profitons de la voiture pour aller déposer les bagages à l’auberge de jeunesse.

Dernier petit-déjeuner dans le désert

Photo prise au terme d’un sprint de 10 secondes !

Aurélie part ensuite visiter la School of the Air pendant que Benoît va faire le plein. La School of the air est un système de cours à distance permettant aux enfants de l’outback de suivre une scolarité classique. Les cours ont longtemps été dispensés par radio grâce au système développé pour les Flying Doctors, et aujourd’hui internet et les nouveaux médias ont pris le relais  La visite est passionnante bien qu’effectuée trop vite, retour du van oblige !

Nous rendons le van à l’heure prévue, à une employée aimable comme une porte de prison. Benoît rentre à l’auberge se psoer et faire un peu d’internet pendant qu’Aurélie fait un dernier tour à Alice Springs : Old Telegraph Station, balade à pied le long de la rivière (toujours asséchée !) puis petit tour en ville. Nous nous retrouvons ensuite au supermarché pour finir notre soirée avec … un peu d’intendance : courses, cuisine et réorganisation des valises en vue de notre départ demain pour Darwin.

Petit cimetière perdu dans le bush aux abords d’Alice Springs

Un élément nous fait bien rire à l’auberge : dans la cuisine sont affichées des photos de personnes prises en flagrant délit de vol ou de truandage par les caméras de surveillance, sur le mode humoristique… Ce n’est pas ici qu’on aurait piqué à Benoît ses steaks de kangourou ! En tout cas ça semble marcher, la cuisine est hyper propre et bien rangée.

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , ,

5 réflexions sur “J177 et J178 : Kings Canyon (8 et 9 mai 2012)

  1. morgane dit :

    moi je dis, c’est benoit qui a sprinté !!

  2. Oui c’est bien lui 😀
    A.

  3. […] Graham Lookout, cette fois on descend jusqu’à la rivière. Les paysages nous rappellent beaucoup Kings Canyon, dans le centre rouge. Ça promet pour la […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :