[Transcanadian trip, de J26 à J30] – Cinq jours de roadtrip le long du Saint-Laurent (ou : il n’y a pas que des baleines au nord de Québec !) (du 26 au 30 août 2019)

Même si à la base c’est pour aller à la rencontre des baleines et des belugas du Saint-Laurent que nous avons décidé de faire ce deuxième roadtrip, nous n’avons pas fait que ça durant ces cinq jours au nord de Québec. Nous avons vu et fait pas mal d’autres choses, qui méritent elles aussi que j’en parle un peu… … Petit tour d’horizon de ces cinq jours de roadtrip !

J1 :  En route vers le nord !

Lundi 26 août au matin, il est temps de reprendre la route… Après un dernier petit-déjeuner à Québec, sur notre jolie terrasse, nous récupérons notre voiture de location, faisons un plein de courses et filons plein nord. Nous passons à côté des chutes de Montmorency, et puis nous continuons jusqu’à Baie-Saint-Paul, où nous pique-niquons au bord de l’eau. Le coin est très joli, très nature, avec une petite plage et beaucoup de verdure. La ville en elle-même est connue pour ses multiples galeries d’art, nous y faisons un tour rapide, nous nous y arrêterons plus longuement au retour. Nous faisons quand même quelques emplettes dans une cidrerie locale, notamment du cidre aux bleuets (=myrtilles) et du cidre de pommes givrées qui est fait avec des pommes laissées sur l’arbre jusqu’aux premières gelées. C’est un peu l’équivalent des vendanges tardives, et c’est vraiment très bon !

Dernier petit-déj à Québec

On the road again

Déjeuner au bout du Quai de Baie-Saint-Paul

Maison n’utilisant que des énergies renouvelables

Nous poursuivons jusqu’à Port-au-Persil, une adorable petite localité. Les moustiques nous mènent la vie dure, les gens ne sont pas très souriants (ils doivent en avoir ras-la-casquette des touristes !) mais le coin est vraiment joli et je fais pas mal de photos entre le port, le bord de mer et la chapelle.

Tea time @ Port-au-Persil

Table de pique-nique sur roulettes… pour rester en mouvement afin d’éviter les moustiques ?

La chapelle de Port-au-Persil

Pour rejoindre Bergeronnes, notre destination du soir, il nous faut franchir le Saguenay avec le traversier. Nous arrivons alors que les dernières lueurs du soleil éclairent le ciel avant la nuit, c’est absolument magnifique, et la traversée sur ce bateau dans le silence du soir est superbe. Je sympathise avec une jeune femme qui traverse avec son frère ; elle m’explique qu’ils sont autochtones et vivent dans une réserve à deux heures de route supplémentaires vers le nord. De notre côté il ne nous reste qu’une demi-heure de route à faire de l’autre côté, c’est une bonne nouvelle car on commence à fatiguer et puis notre camping n’est pas ouvert toute la nuit. Nous arrivons dans les temps pour récupérer notre numéro d’emplacement et puis nous nous installons tranquillement… Nous sommes au bord du fleuve, un super spot 😉

 

J2 et J3 : A la rencontre des baleines et des belugas du Saint-Laurent

Je vous ai déjà parlé de ces deux journées consacrées quasiment entièrement à l’observation des cétacés, depuis la rive et depuis nos kayaks, des moments magiques… Nous nous arrachons malgré tout un peu à notre contemplation le premier jour, pour aller à l’Anse de Roche, une petite anse au bord du Saguenay dont nous avions entendu beaucoup de bien. Nous pique-niquons là, l’endroit est effectivement joli mais il n’y pas l’ombre d’un beluga – nous apprendrons le lendemain que la « pouponnière des belugas », c’est-à-dire l’endroit où les femelles élèvent les petits, se situe un peu plus loin le long du Saguenay. Nous décidons de ne pas aller plus loin pour cette fois, et on repart observer nos amies les baleines !

Une journée qui commence par des bleuets est forcément une bonne journée… Ce aptnier apaprtenait en fait à nos prédecesseuses sur notre deuxième spot camping, et elles nous en ont généreusement offert un peu. Un régal !

Anse de Roche

Le soir il nous faut un peu de net alors nous remontons un peu plus au nord jusqu’aux Escoumins, où le Kiboikoi nous tend les bras. Ce bar fort sympathique propose de chouettes boissons et en-cas, une bonne connexion wifi, et pas mal d’activités et animations culturelles, bref on adore ! On termine la soirée en beauté autour d’un barbecue à la tente, c’est la première fois que nous faisons une telle flambée lorsque l’on campe, c’est top !

C’est marée basse aux Escoumins…

… enfin, sauf dans nos verres !

Le lendemain, après notre sortie kayak, retour aux Escoumins histoire d’explorer un peu plus la ville et ses environs, notamment la pointe de la Croix. Il y a une très belle luminosité, beaucoup d’oiseaux, c’est un vrai bonheur de contemplatif et de photographe !

Sur le chemin du retour vers le traversier nous faisons étape à Essipit, ancien lieu de vie autochtone en pleine réhabilitation. Les travaux sont en cours mais ils sont en train de faire un beau site culturel, rendant hommage aux peuples traditionnels.

C’est avec un petit pincement au cœur que nous montons dans le traversier du retour, nous avons bien apprécié notre séjour au nord du Saguenay… On espère avoir l’occasion d’y retourner ! La traversée en bateau est encore très belle, nous sommes seuls sur le pont, nous profitons une dernière fois de la vue… Ensuite, c’est tout droit jusqu’à La Malbaie, où Benoît nous a trouvé un joli petit camping au bord de la rivière. La grosse saison touristique est terminée et nous nous retrouvons sur un chouette emplacement forestier sans voisins, c’est hyper calme, tout ce qu’on aime ! Lorsque nous nous couchons il se met à beaucoup pleuvoir, on a peur pour la tente mais finalement elle tient bien le coup et on ne prend (presque) pas l’eau.

Sur le traversier

 

J4 : Grosse rando dans le parc national des Hautes Gorges de la Malbaie

Histoire de se décrasser, une belle rando au cœur de la nature… Le récit détaillé de cette journée est par là !

 

J5 : Baie-Saint-Paul et retour vers Québec

Nous commençons ce dernier jour de roadtrip par une visite du camping. Certains ont des mobil homes vraiment impressionnants, ce sont de véritables maisons sur roues ! Nous découvrons également toutes les activités de ce camping décidément bien sympa, et qui doit être bien animé en pleine saison (on aurait peut-être moins aimé le bruit en plein été ceci dit ;-)) : piscine, scène musicale, ferme…

Notre spot camping forestier

Et puis, quand il faut il faut ! Nous nous mettons en route, non sans faire rapidement un stop au MacDo près du camping, car à force de prendre des thés et des cafés chez eux j’ai accumulé assez de petites cartes (détachables des cups) pour en avoir un gratuit. J’arrive donc en caisse toute guillerette, brandissant ma pile de cartes… et là le serveur me regarde d’un air perplexe et me demande où sont les vignettes. Les vignettes ?! Il me montre sur une cup, effectivement il y avait de mini vignettes à décoller, que nous n’avions pas vues. C’était elles qu’il fallait conserver, et pas les cartes détachables. Voilà voilà… heureusement on est au Canada et les gens sont sympas (paye ton cliché ;-)), alors il m’offre quand même un thé gratuit.

Nous poursuivons ensuite jusqu’à Baie-Saint-Paul, où nous avons prévu plus de temps cette fois-ci. Nous pique-niquons et puis nous visitons le musée d’art contemporain, qui est assez réputé et expose des artistes canadiens. Il n’est pas très grand mais les expos sont intéressantes. Nous découvrons notamment René Dérouin et ses rapaces, ainsi que Hurtubise et ses peintures colorées inspirées de l’univers de Tarzan. Je fais ensuite un tour dans la rue principale et dans quelques galeries pendant que Benoît fait une sieste dans la voiture.

Le mur des rapaces, de René Dérien…

… qui a également jeté plein de statuettes dans la mer à visée artistique. Voilà voilà.

Chiricahua, de Jacques Hurtubise

L’église de Baie-Saint-Paul

Et puis, il faut bien repartir… direction tout droit jusqu’à Québec, où nous rendons la voiture, mangeons un morceau chez Tim Horton’s (le burger végé est très décevant !) et filons à pied retrouver… notre covoiturage. Hé oui, on teste un nouveau moyen de transport ce soir pour rejoindre Montréal ! C’était trois fois moins cher que le bus ou le train, alors on n’a pas hésité longtemps… Nous retrouvons facilement nos deux conducteurs, un couple de Français en cours d’installation au Canada. Nous passons un chouette trajet avec eux et ils ont la gentillesse de nous déposer juste devant notre hôtel, c’est parfait ! Benoît a réservé un hôtel sympa pour cette dernière nuit, c’est le plus luxueux du séjour, et on y passe la fin de soirée… en mode camping, puisqu’il faut étendre la tente que nous avions rangée encore humide, et finir nos provisions. On improvise un pique-nique sur le parquet, on ne se refait pas ! 😉

Photo en passant devant Sainte-Anne de Beaupré, haut lieu de pélerinage

A Québec la Gay Pride se prépare

Arrivée à l’hôtel

Tagué , , , , , , ,

2 réflexions sur “[Transcanadian trip, de J26 à J30] – Cinq jours de roadtrip le long du Saint-Laurent (ou : il n’y a pas que des baleines au nord de Québec !) (du 26 au 30 août 2019)

  1. Papounet dit :

    Pas de risque d’être dérangé par un ours quand vous plantiez la tente en plaine nature ?

    • On n’a pas vraiment campé en pleine nature, on était toujours dans des campings, certes assez verts, mais pas très loin des villes, donc très peu de risque ( même si la route première nuit en traversant le camping dans le noir pour aller prendre ma douche je n’étais pas bien rassurée ;-))

Répondre à Papounet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :