Deux jours en amoureux à Dieppe, ou comment se ressourcer au bord de la mer… (25 et 26 octobre 2014)

Nous rêvions de calme et de mer au milieu de nos cartons et de nos démarches administrative du moment. Nous rêvions d’un jour, de deux jours, sans papiers à trier ni objets à ordonner, sans ménage à faire ni choses à jeter. Nous rêvions de balades sur la plage et de vélo face à la mer, de fantaisie et de journées sans horaires, de cerf-volant, de soleil et de vent…

P2450886

Nous en rêvions, et nous l’avons fait. Un soir de fatigue, une proposition faite de manière presque saugrenue, un oui immédiat, quelques clics sur internet… et deux jours plus tard, des billets pour la liberté dans notre boîte aux lettres. Direction Dieppe :-)

Nous sommes rentrés à Paris les joues un peu plus rouges, les yeux un peu plus brillants, et le cœur léger de ces deux journées où, décidément, il y a eu de la magie dans l’air…

P2450700

P2450561

P2450715

P2450609

Let's go to England ?

Let’s go to England ?

P2450531

P2450552

P2450746

P2450758

P2450781

P2450775

Tagliatelles et Saint Jacques fraîchement pêchées, un régal...

Tagliatelles et Saint Jacques fraîchement pêchées, un régal…

P2460228

P2460166P2460180

 

Tagué , , ,

Bilan deux ans après le retour… déjà !

« Le voyage pour moi, ce n’est pas arriver, c’est partir. C’est l’imprévu de la prochaine escale, c’est le désir jamais comblé de connaître sans cesse autre chose, c’est demain, éternellement demain. » Roland Dorgelès

J’ai du mal à le croire en écrivant ce titre… Deux ans, deux ans déjà que nous sommes rentrés de notre tour du monde. Le temps a fait une curieuse œuvre de distorsion, et il est étrange de constater à quel point notre tour du monde nous semble loin et proche à la fois. J’ai l’impression que c’était hier que nous crapahutions sur les routes du monde, et pourtant lorsque je me retourne je ne peux que constater qu’il s’en est passé des choses en deux ans… Des retrouvailles, une thèse et un diplôme pour moi, de nouvelles compétences professionnelles pour Benoît, un nouveau boulot chacun, et même… un appartement ! Toutes ces choses sont des choses cool, que nous avons voulues, et notre objectif désormais est de rester vigilant afin que tout cela reste un bonheur choisi chaque jour, et ne se transforme pas en chaînes. Il est si facile de se laisser couler et dévorer dans une routine !

Notre vie parisienne a des avantages, et nous en profitons autant que possible, le soir après le travail et le week-end. Belles balades, spectacles, monuments… Il y en a des choses à voir et à découvrir, à quelques stations de métro de chez nous ! Après, lorsque nous enchaînons les journées et les semaines chargées, en passant notre temps à courir et sans vraiment trouver de temps pour nous comme on le voudrait, il nous arrive de nous demander ce que l’on fait là… Alors qu’en voyage je me réveillais chaque matin pleine d’enthousiasme à l’idée des choses à découvrir, des jours à inventer et des pages blanches à écrire, ici j’ai parfois le sentiment de vivre des journées que j’ai déjà vécues et il faut bien de l’énergie pour mettre de la magie dans le quotidien.

Tour Eiffel, mars 2014

Tour Eiffel, mars 2014

Nous faisons au mieux pour continuer à vadrouiller en dépit des contraintes qui sont les nôtres, et notamment de nos jours de congé dont le nombre n’est malheureusement pas illimité ! Après les voyages de notre première année post-retour, cette deuxième année a encore été marquée par de jolies destinations. Nous sommes ainsi partis ensemble à Reims, Rotterdam, St Brieuc, Anvers, Aix-la-Chapelle, Marseille, Séville, Brocéliande, Noirmoutier et Naples, sans oublier un petit crochet par les châteaux de la Loire où nous avons pu voler en montgolfière. Ce fut exclusivement de courtes escapades, la plus longue étant Naples avec 5 jours. Quant à nos vacances d’été, elles furent françaises cette année, et furent pour nous l’occasion de nous ressourcer dans les Landes et dans l’arrière-pays niçois, et puis de découvrir le superbe parc national du Mercantour.

Vue sur la baie de Naples et le Vésuve, juillet 2014

Vue sur la baie de Naples et le Vésuve, juillet 2014

Côté voyages en solo, Benoît est parti une semaine fin juin, pour faire du kite-surf dans le sud de la France. Quant à moi j’ai pas mal bougé de mon côté : une petite semaine à Barcelone en décembre 2013, et le point culminant : trois semaines dans le nord du Chili en février 2014. Je suis également partie en famille en Californie durant une dizaine de jours en mai. J’ai plus de vacances que Benoît, alors je dois dire que j’en profite… ! Nous avons par ailleurs quelques projets en préparation d’ici la fin de l’année, suspense, suspense… En tout cas soyez-en assuré, vous aurez encore de la lecture d’ici la fin de l’année ;-)

P2320971

Chili, février/mars 2014

L’envie de repartir au long cours est toujours présente, mais ça, on s’en doutait… On discute ensemble, on réfléchit, et des idées prennent doucement forme. Entre deux patients ma souris s’égare souvent sur des sites de voyage, et je suis partagée, selon les jours, selon l’humeur, entre pincement au cœur en lisant les autres partir, repartir et s’en aller vivre en Antarctique, et tranquille certitude qu’un jour, bientôt, nous repartirons.

Santorin, septembre 2013

Santorin, septembre 2013

Tagué , ,

Escapade à Briare (27 et 28 septembre 2014)

Fin septembre nous sommes partis pour un court week-end à Briare, dans le Loiret, où des amis fêtaient leur anniversaire sur le thème « boa et nœud papillon ». Ce fut l’occasion de revoir des amis chers mais que nous voyons trop rarement, de passer une nuit sous la tente dans un jardin plein de mousse (expérience que je recommande !), de faire une pause dans nos cartons pré-déménagement et aussi… de découvrir Briare ! Benoît était déjà venu une fois, moi jamais, et cette petite ville mérite vraiment un détour.

P2450113

Dans le thème !

P2450117

P2450119

Le gros hotspot touristique de Briare est sans conteste son pont-canal, construit par Eiffel. Oui, oui, vous avez bien lu… contrairement à ce à quoi je m’attendais il ne s’agit pas d’un pont sur un canal, mais bel et bien d’un canal dans le pont. C’est assez surprenant de prime abord, mais c’est la classe quand même ;-) Le pont-canal mesure près de 700m de longueur, et c’est un lieu de promenade fort agréable.

Le pont-canal

Le pont-canal

2014-09-27 18.49.51

Au bout du pont... un élevage de lamas, si, si !

Au bout du pont… un élevage de lamas, si, si !

Toutefois, Briare ne se résume pas à son pont et sa visite est très agréable.  Ville très fleurie, elle est également décorée de nombreuses mosaïques qui sont la spécialité du coin. L’église notamment vaut le coup d’œil ! L’office du tourisme propose plusieurs balades entre îles, ponts et canaux et si vos pas vous mènent à Briare vous trouverez sans problème de quoi vous occuper une bonne demi-journée.

P2450145

P2450148

P2450150

La belle église de Briare...

La belle église de Briare…

... et ses mosaïques imagées à l'intérieur, ici, "le toucher" !

… et ses mosaïques imagées à l’intérieur, ici, « le toucher » !

L’effet collatéral inattendu de cette escapade fut la découverte à l’office du tourisme des nombreuses pistes cyclables longeant la Loire, de Nevers à St Nazaire. Nous avons découvert avec ravissement de nombreux guides détaillant des itinéraires à deux-roues, gares de TER incluses, et depuis l’idée d’en parcourir un tronçon le temps d’un week-end, en arrivant à une gare et en repartant d’une autre, nous trotte dans la tête… Affaire à suivre, donc !

2014-09-27 18.09.35

Tagué , ,

L’été 2014 à Paris

En dehors de notre escapade à Naples fin juillet et de nos deux semaines de vacances « 100% françaises » en août, nous avons passé la majeure partie de l’été… à Paris ! Malgré la météo quelque peu capricieuse nous avons réussi à pas mal en profiter, notamment le soir après le travail.

Nous avons ainsi profité des beaux jours pour faire pas mal de balades dans Paris, des quais de Seine aux Buttes Chaumont en passant par la coulée verte. Ce sont des coins que l’on connaît bien, mais où l’on découvre toujours un détail, un angle de vue que l’on n’avait jamais remarqué…

Balade sur les quais le 4 juin

Balade sur les quais le 4 juin

P2430730

P2430738

P2430748

6 juin

6 juin

P2430755

6 juillet sur la coulée verte

6 juillet sur la coulée verte

16 juillet

16 juillet

5 août aux Buttes Chaumont

5 août aux Buttes Chaumont

P2440732

Dans la série des balades classiques mais toujours efficaces, il faut bien entendu parler de Paris Plages, bien agréables cette année encore… Voilà une installation qui chaque année me fait aimer Paris davantage.

DSCF6213

Les guinguettes de Paris Plages

DSCF6214

Cherchez l'erreur !

Cherchez l’erreur !

DSCF6223

DSCF6225

L’art s’installe à la plage

DSCF6227

Nous avons également passé une soirée dans le quartier de La Défense, décoré pour l’été, œuvres d’art éphémères, concert gratuit et coucher de soleil en plein air included… Cette soirée avait comme un goût de NY en été, tout pour me plaire donc ;-)

DSCF4292

DSCF4298

DSCF4300

DSCF4301

DSCF4318

DSCF4319

Côté spectacles, nous avons assisté à la comédie musicale La Belle et la Bête, le 10 juin. Ce fut une réussite… d’autant plus que, on ne sait comment, nous avons réussi à nous faire enfermer dans la salle de spectacle à la fin et nous nous sommes retrouvés en plein dans l’after avec les artistes hyper détendus faisant des photos en veux-tu en voilà ^^

P2440436

Nous sommes également allés au concert d’Indochine au Stade de France, le 28 juin… en fosse et sous la pluie, ce qui contre toute attente fut un double avantage ! Il y avait en effet beaucoup moins de monde que prévu du fait de la pluie et nous avons pu voir le groupe de près, d’autant plus qu’ils sont entrés dans le stade par une entrée très proche de là où nous étions. Quant au show à proprement parler, il fut à la hauteur d’Indochine… C’est toujours un plaisir d’aller les voir, ils prennent vraiment soin de leur public.

DSCF0027

DSCF0028

DSCF0035

Entrée du groupe

Entrée du groupe

DSCF0126

DSCF0131

DSCF0156

Nous avons testé pour la première fois le cinéma en plein air à la Villette, pour aller voir Les enfants loups…  Nous nous sommes installés sur notre plaid avec un pique-nique et avons pleinement profité de notre soirée, avec un film projeté sur un très grand écran et une bonne sono. Notre seul regret : ne pas avoir eu le temps d’y retourner par la suite !

DSCF6021

DSCF6031

Côté expos, nous avons découvert avec enthousiasme l’exposition Orient-Express, à l’Institut du Monde Arabe… Exposition vue conformément à notre habitude la veille de sa fermeture, sinon ce n’est pas drôle. Ce n’est pas tous les jours que l’on foule la moquette de l’Orient-Express… mais je dois dire que c’est plutôt plaisant, et c’est évidemment un voyage que nous ferions bien, dommage que les tarifs soient aussi dissuasifs !

Dans l'un des wagons

Dans l’un des wagons

DSCF6560

DSCF6658

DSCF6666

Nous avons par ailleurs fait quelques « afterworks » en semaine entre amis. Ce fut l’occasion de papoter autour d’un verre, notamment à la Rotonde (près du canal de l’Ourcq) et au Ground Control, un chouette bar éphémère situé sous la Cité de la Mode et du Design. Déco originale, produits de qualité… le Ground Control est ouvert jusqu’au 12 octobre, et je ne peux que vous le recommander !

Le Ground Control

Le Ground Control

DSCF0248

Last but not least, et parce qu’un article sans nourriture sur ce blog ne serait pas digne de nous, nous avons profité de l’été pour faire pas mal de tests culinaires, qui se sont avérés au final être de bons petits plats !

Choucroute de la mer

Choucroute de la mer

Mille-feuilles de courgettes et chèvre

Mille-feuilles de courgettes et chèvre

DSCF6211

Gaspacho maison

Bref, l’été 2014 fut une nouvelle fois bien rempli ! Et vous, qu’avez-vous découvert de sympa dans votre ville cet été ?

Tagué , , , , , , , , ,

Un dimanche en montgolfière…

En mai 2013 nous avions profité d’une offre sur Grou*pon pour réserver avec des amis un vol en montgolfière au-dessus des châteaux de la Loire. Seize mois et trois annulations plus tard – deux de la part des prestataires du fait de la météo défavorable, et une de notre fait car je partais en Californie – nous avons finalement pu réaliser ce vol en amoureux,  le dimanche 7 septembre 2014, au départ de Chaumont-sur-Loire.

Déjeuner sur la route au Courtepaille

Déjeuner sur la route au Courtepaille

Avec ses 32 places et sa toile qui mesure 40m de long et contient 21 000m3 d’air cette montgolfière est la plus grande au monde, et c’est vrai que sa taille est impressionnante… Nous retrouvons les autres voyageurs à Chaumont-sur-Loire, avant d’être emmenés en jeep dans le champ d’où nous allons décoller. Après un briefing sécurité nous assistons à tous les préparatifs, notamment le gonflage de la toile, avant de nous installer à nos places. Tout le monde s’accroupit dans la nacelle, le pilote lance les brûleurs à fond… et c’est parti !

Dans les vignes de Chaumont

Dans les vignes de Chaumont

La nacelle est énorme, et subdivisée en huit compartiments de quatre personnes

La nacelle est énorme, et subdivisée en huit compartiments de quatre personnes (et deux pour le pilote, le co-pilote et les brûleurs)

Gonflage de la toile

Gonflage de la toile

P2440836

P2440841

Vite, on va bientôt décoller !

Vite, on va bientôt décoller !

Le décollage est extrêmement doux, nous ne nous rendons pas compte que nous quittons le sol. Lorsque le pilote nous autorise à nous relever, nous sommes déjà à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol, et la vue sur la campagne est superbe… Durant une heure, nous survolons les environs de Chaumont et Amboise, admirant les deux grands châteaux de ces villes ainsi que d’autres plus petits, souvent nichés dans des forêts ou au bout d’allées arborées. Nous survolons les champs, les bois, dans jamais perdre la Loire de vue. Nous apercevons même au loin plusieurs montgolfières en train de décoller. Le vol est lent et agréable, et les couleurs de cette fin de journée sont très douces. Il fait un temps superbe, mais lorsque l’on prend de l’altitude les paysages se perdent un peu dans une brume blanche, ce qui est classique d’après notre pilote. Nous montons jusqu’à un petit kilomètre d’altitude, avant de redescendre tranquillement. On profite de la redescente pour changer de place avec nos voisins de nacelle, qui avaient la fâcheuse tendance de squatter en permanence le meilleur spot vue et photo…

P2440844

 

P2440853

Chaumont-sur-Loire et son château

Chaumont-sur-Loire et son château

P2440883

P2440900

Et au milieu coule la Loire...

Et au milieu coule la Loire (brume d’altitude incluse)…

Lorsque nous descendons, nous survolons plusieurs maisons où les gens prennent l’apéro. On se fait de grands signes, on se parle… C’est sympa comme tout ! Et puis, tout se précipite. Le pilote nous indique un champ tout proche où nous allons nous poser ; à peine le temps de le repérer qu’il faut reprendre les positions de sécurité. Le pilote annonce deux rebonds, et effectivement, là on les sent bien… le choc est assez violent et nous avons tous un bon coup du lapin. Ma barrette se détache et atterrit dans le champ sous la force de l’impact. Ils nous avaient dit de bien se tenir aux lanières, ce que nous faisions, par contre nous n’avions eu aucune info sur l’importance de bien tenir notre tête… Ce sera le bémol du jour !

P2440923

P2440925

Vignobles

Château d'Amboise

Château d’Amboise

P2440943

Nous aidons l’équipe à replier la toile et à la ranger, avant de repartir en Jeep sur Chaumont, où on nous délivre notre certificat d’ascension en machine aérostatique autour d’une coupe de champagne. Nous papotons un peu avec le pilote et apprenons qu’il travaille l’hiver en Inde, notamment à Udaipur… Marrant ! Nous ne nous attardons ensuite pas plus que cela, il est déjà près de 21 heures et il nous reste beaucoup de route à faire pour rentrer à Paris…

P2440952

Rangement de la toile dans le sac !

Rangement de la toile dans le sac !

Voler en montgolfière est une expérience étonnante que nous sommes ravis d’avoir vécu, mais je dois dire que la violence de l’atterrissage nous a un peu reroidis dans l’immédiat… Je ne dis pas que nous ne volerons plus jamais en montgolfière, mais clairement on va laisser passer un peu de temps, histoire que la mémoire sélective fasse son oeuvre ;-)

Pour ceux qui veulent tenter l’expérience : Grou*pon propose régulièrement de tels vols, de mémoire nous avions payé environ 125 euros/personne. A l’office de tourisme de Chaumont-sur-Loire nous avons vu pas mal de documentation pour d’autres compagnies, sans les tarifs, mais cela mériterait de se renseigner un peu mieux…

Tagué , , , , ,

[Summer holidays #3] Détente dans l’arrière-pays niçois (du 27 au 31 août 2014)

L’avenir, tu n’as pas à le prévoir mais à le permettre – A. de St Exupéry

Après dix jours dans les Landes, puis trois jours de randonnée dans le parc du Mercantour, la fin de nos vacances est placée sous le signe de la détente dans l’arrière-pays niçois. Notre ami Romuald, une maison de famille dans un vieux village, un figuier, une piscine pas loin… que demander de plus ? Les journées s’écoulent paisiblement entre grasses matinées, brunches à rallonge sur la terrasse, jeux de société, guitare et polar dans les transats. Nous avons même droit à un spectacle de cabaret fort bien mené, un soir sur la place du village…

DSCF7999

DSCF8005

DSCF8009

 

DSCF8171

DSCF8181

DSCF8186

Au milieu de notre séjour nous nous motivons tout de même pour une dernière « petite » randonnée, l’ascension du Mont Férion… une horreur, surtout cassés comme nous étions après notre rando dans le Mercantour ! Le chemin était très, très raide, et on peut dire que l’on a souffert… Mes genoux ont même failli se mettre en grève totale.  La vue depuis le sommet était belle, mais je ne suis pas sûre de refaire cette rando dans l’immédiat !

DSCF8014

DSCF8042

En haut du Mont Férion

En haut du Mont Férion

DSCF8098

DSCF8104

Nous étions tout là-haut !

Nous étions tout là-haut !

Nous redescendons à Nice pour le dernier jour, histoire de passer un peu de temps en famille et de profiter du dernier bain de mer de la saison… Bouh, c’est toujours triste la fin des vacances ! Enfin, cette année on pourra dire qu’on en a profité jusqu’au dernier moment… Nous sommes rentrés en train de nuit, et arrivés à Paris à peine 1H30 avant nos premiers rendez-vous professionnels de septembre. Let’s go back to work !

DSCF8223

DSCF8225

DSCF8241

 

DSCF8278

DSCF8272

Cela faisait un bail que nous n'avions pas pris le train de nuit...

Cela faisait un bail que nous n’avions pas pris le train de nuit…

Tagué , , ,

[Summer holidays #2] Trois jours de randonnée dans le Mercantour (du 25 au 27 août 2014)

La découverte du Mercantour faisait partie de nos projets depuis des années, sans que nous parvenions à l’organiser… Alors cette année, profitant du fait que nous allions passer une semaine à Nice, je me suis dit que l’occasion faisait les larrons ! La préparation a été un peu compliquée, comme lorsque l’on veut préparer un itinéraire dans un endroit que l’on ne connaît pas du tout… Pas facile de se rendre compte de ce qui est le plus sympa à faire ! Je remercie d’ailleurs Une toute zen, dont le blog m’a été d’une grande utilité lors de cette phase de préparation. Après de nombreuses recherches nous avons donc décidé d’effectuer cette randonnée :

  • En 2 ou 3 jours, en nous laissant de la flexibilité en fonction de notre avancement
  • En bivouac (notre côté asocial… on préfère mille fois porter notre tente et nos sacs de couchage et être tranquilles le soir, que dormir dans des dortoirs de 20). Le bivouac est autorisé dans le Mercantour uniquement à proximité des refuges.
  • En autonomie totale niveau nourriture. Point négatif, c’est lourd au départ… Point positif, on fait des économies : à 18 euros le repas en refuge, sur 3 jours ça finit par faire une somme. Nous sommes partis sans réchaud, avec de la nourriture froide uniquement. Pour l’eau nous portions l’eau de la journée sur nous, et on se ravitaillait le soir en arrivant au refuge.

En terme de matériel, Benoît avait un sac de 60L qui contenait les vêtements, les sacs de couchage et la tente accrochée par-dessus. De mon côté j’avais un Eastpak avec l’ensemble des provisions pour les 3 jours, et l’eau de la journée (1,5L/personne).

Carte de la rando

Carte de la rando

J1 – De Castérino au refuge de Valmasque

Le trajet de Nice jusqu’à Castérino, le point de départ du circuit que nous avons choisi de faire, prend environ deux heures sur de petites routes de montagne. Ça tournicote ! Castérino est un joli petit village de montagne, quoique bien touristique. Nous nous garons facilement sur le grand parking et pique-niquons avant de jeter nos ordures… C’est toujours ça de moins à porter ! La première partie de la balade d’aujourd’hui se fait sur la route, avant d’arriver au sentier en tant que tel. Le paysage est très montagnard, avec de petits chalets, des troupeaux de vaches, des ruisseaux, plein de petites fleurs… L’odeur me ramène bien quinze ans en arrière, lorsque je partais en vacances l’été à la montagne. Je trouve même quelques framboises sauvages au bord de la route. Ça grimpe mais on trouve notre rythme, plutôt à la cool car les sacs sont lourds. Vivement que l’on ait commencé à attaquer les provisions ! ;-)

Et c'est parti !

Et c’est parti !

DSCF7542

DSCF7551

DSCF7587

DSCF7599

DSCF7611

DSCF7616

Nous ne sommes pas mécontents de voir apparaître le refuge de Valmasque après la dernière montée. Le refuge est construit au bord du lac Vert, lui-même comme enclavé entre de hautes montagnes. Le cadre est d’une beauté à couper le souffle… Nous sommes ravis à l’idée de passer la nuit ici, et encore plus ravis lorsque le gardien du refuge nous dit que nous pouvons planter la tente un peu à l’écart du refuge, en nous indiquant un endroit de l’autre côté du barrage.  Nous hésitons un peu à traverser sur le sommet du barrage, mais on se lance et cela en vaut la peine… Je crois que cet emplacement est le meilleur emplacement de camping de toute notre vie ! Nous sommes face au lac, avec pour seuls voisins proches les chamois et les marmottes, si ce n’est pas le paradis ça y ressemble sérieusement… Nous avons même une petite source d’eau potable rien que pour nous. Nous dînons face à la vue, c’est sublime ! Par contre nous avons bien fait de prévoir des petites laines, nous sommes à 2233m et le froid tombe vite à cette altitude.

DSCF7635

Notre emplacement de rêve...

Notre emplacement de rêve…

DSCF7670

DSCF7669

Dinner time !

J2 – Du refuge de Valmasque au refuge des Merveilles

Nous dormons fort bien dans notre petite tente, et le matin nous prenons notre temps… Le refuge est désert lorsque nous retraversons le barrage, où le niveau de l’eau a d’ailleurs un peu monté depuis hier (adrénaline… !). La vue est tellement belle que nous ne résistons pas à l’attrait de la terrasse du refuge, où nous nous posons un moment autour de deux grands bols de thé avant de reprendre la route. Qu’il est agréable de ne pas se presser…

Traversée du barrage

Traversée du barrage

DSCF7700

Pour cette deuxième journée le chemin nous fait longer successivement trois beaux lacs d’altitude : le lac Vert (celui au bord duquel nous avons dormi), le lac Noir et enfin le lac du Basto. Entre les lacs d’un bleu tantôt turquoise, tantôt presque noir, les montagnes autour et les sifflements des marmottes, la randonnée est spectaculaire… Nous étions loin de nous attendre à cela. Nous apercevons de loin un genre de lynx, marchant sur l’un des nombreux névés. Tous les lacs sont équipés de barrages gérés par EDF, pas mal comme énergie propre…

Lac Noir et refuge de Valmasque au fond

Lac Noir et refuge de Valmasque au fond

Arrivé au lac Vert, qui porte bien mal son nom ;-)

Arrivée au lac Vert, qui porte bien mal son nom ;-)

DSCF7737

DSCF7740

DSCF7750

A partir du lac du Basto nous devons faire face à deux difficultés : un vent très puissant se lève, à nous en faire trébucher parfois, et puis cela grimpe fort jusqu’à la baisse (= le col) de Valmasque. Nous faisons d’ailleurs la pause déjeuner plus tôt que prévu, ce vent nous casse complètement !  Nous finissons par arriver au col (2549m), où nous sommes accueillis par des chamois peu farouches. Derrière nous le lac du Basto est superbe, et devant nous s’étale la fameuse vallée des Merveilles… vallée qui à première vue semble plus aride et moins enchanteresse que celle que nous venons de quitter !

Lutte contre le vent devant le lac du Basto...

Lutte contre le vent devant le lac du Basto…

DSCF7824

DSCF7814

Vue sur la vallée des Merveilles depuis la baisse de Valmasque

Vue sur la vallée des Merveilles depuis la baisse de Valmasque

Nous descendons tranquillement de l’autre côté du col, non sans faire comme à notre habitude de bonnes pauses à base de fruits secs, de biscuits et d’eau. Ma oui, les pauses sont l’une des choses que l’on préfère dans les randos ;-) Nous longeons quelques petits lacs et des tourbières avant d’arriver au clou de la vallée des Merveilles : les peintures rupestres ! Elles datent de l’âge du bronze et on peut en admirer un certain nombre sur le bord du chemin. On voit surtout des cornes et des formes abstraites, mais il y a aussi quelques formes anthropomorphes très intéressantes… ainsi que des « tags » du XIXè et début du XXè siècle, lorsque le site n’était pas encore protégé.

C'est l'heure de la pause !

C’est l’heure de la pause !

DSCF7844

Cette partie de la rando, dans un ancien glacier, est très caillouteuse. On dirait que des géants ont joué avec des rochers…

DSCF7849

Chamois et névés

Chamois et névés

DSCF7882

Benoît à côté du "Christ"

Benoît à côté du « Christ »

DSCF7935

DSCF7902

Nous nous arrêtons pour aujourd’hui au lac Long Supérieur, à côté duquel se trouve le refuge des Merveilles. Les environs du refuge sont pleins de myrtilles et je m’en donne à cœur joie ! Le refuge en tant que tel est moins sympa que celui d’hier, c’est un peu l’usine… Nous plantons la tente derrière un petit promontoire rocheux histoire d’être protégés du vent qui continue à souffler. Hier c’était « côté lac », ce soir c’est « côté montagne » ! Une fois la tente plantée nous faisons un petit tour dans les environs, il y a encore un joli lac et plein de chemins de randonnée qui partent, ce sera pour une prochaine fois… Nous faisons un brin de toilette en douce dans les sanitaires du refuge et après avoir dîné nous filons nous coucher !

Lac Long Supérieur

Lac Long Supérieur

DSCF7953

Emplacement du soir

Emplacement du soir

Juste à côté, le lac Fourcat

Juste à côté, le lac Fourcat

J3 – Du refuge des Merveilles à Castérino

La nuit est moins bonne, le vent souffle pas mal et je reste éveillée plusieurs heures. J’en profite pour sortir de la tente, le ciel étoilé est magnifique… Je me rendors finalement sur le matin. Benoît se réveille très tôt mais a pitié de moi et me laisse dormir un peu, avant de finir par me réveiller, c’est qu’il nous reste du chemin à faire… Je suis au radar mais la vue que je découvre en ouvrant la tente suffit à me mettre en jambes, les montagnes sont inondées de soleil, la route n’attend plus que nous ! Notre objectif du jour est de rejoindre la voiture avant 11H30, histoire d’être à l’heure pour aller récupérer un ami qui arrive en début d’après-midi à Nice.

Une telle vue, cela réveille et donne envie de marcher !!

Une telle vue, cela réveille et donne envie de marcher !!

Nous avançons bien, nous longeons le lac Long Inférieur puis le lac Saorgine avant d’attaquer la descente. Nous avons passé les deux premiers jours à monter, aujourd’hui on descend ! Là encore le chemin est bordé de fleurs, de myrtilles et de framboisiers, et les paysages sont magnifiques… La température se réchauffe au fur et à mesure que nous descendons et la végétation change. Nous quittons les lacs d’altitude et retrouvons les petits torrents qui chantent le long des chemins, ainsi que des papillons et sauterelles bleues et rouges par centaines.

2014-08-27 08.29.37

2014-08-27 09.49.37 (1)

2014-08-27 10.25.33

Nous arrivons peu avant 11 heures au lac des Mesches, notre dernière étape. De là il reste cinq bons kilomètres de montée sur la route en plein soleil pour rejoindre la voiture, du coup nous nous séparons : je reste là avec tous les sacs, et Benoît tente le stop pour remonter à Castérino. Cela fonctionne bien et moins d’une demi-heure plus tard il me récupère en voiture, we did it ! Prochaine étape : la douche ;-)

Lac des Mesches

Lac des Mesches

Bref, pour conclure nous avons été plus qu’enchantés par cette randonnée… C’était notre première longue randonnée depuis le TDM, la deuxième fois de notre vie que nous partions en autonomie durant 3 jours (pour rappel, la première fois c’était au Fitz Roy, en Argentine), et nous ne pouvons que conseiller cette randonnée… Nous avons trouvé les paysages aussi beaux que ceux que nous avons pu voir en Patagonie ou en NZ, bien que d’un style différent. Les chemins sont bien fléchés, les sentiers sont tracés, fin août il y avait déjà moins de monde… Bref, ce fut une excellente découverte pour nous, et nous vous recommandons cette randonnée sans hésiter !

Pour ceux qui prévoient de faire cette randonnée : L’itinéraire que je décris ci-dessus permet un excellent premier aperçu du parc du Mercantour, et se fait « à la cool » en trois jours. Si vous partez plus tôt que nous le premier jour et/ou avez plus de temps le dernier jour, et que vous êtes bon marcheur, vous pouvez le faire en 2 jours. Après, l’avantage de trois jours, c’est que l’on peut vraiment prendre son temps et profiter des paysages…

Tagué , , , , , , ,

[Summer holidays #1] Vacances landaises (du 15 au 24 août 2014)

La première partie de ces vacances tant attendues fut placée sous le signe de la détente absolue, dans cette belle région que sont les Landes… La destination m’est désormais plus que familière, carrément sentimentale, et c’est chaque année une grande joie d’y retourner.

Les plages landaises sont toujours aussi belles, à nulles autres pareilles… Nous en avons bien profité, entre bronzette lorsque le temps le permettait (en gros, un jour sur deux) et balades lorsque le ciel était un peu plus gris. Vivre au bord de la mer est décidément bien agréable, et je crois que si nous déménageons un jour ce sera pour nous installer au bord de la mer, ou mieux, au bord d’un océan plein ouest afin de pouvoir admirer ces sublimes couchers de soleil dont il est impossible de se lasser.

DSCF6679

DSCF6699

DSCF6697

DSCF6730

DSCF7185

DSCF7302

DSCF7308

DSCF7321

DSCF7337

Une autre grande activité de ces vacances 2014 fut la sieste… 3 heures le premier jour, 2 heures le deuxième, puis 1 heure par jour. Qu’est-ce que ça fait du bien de dormir ! Entre deux siestes, de la lecture, le feu d’artifice et le bal du 15 août, quelques podiums dont un avec l’équipe de Danse avec les Stars, de bons repas avec les produits du marché… Le seul échec culinaire de l’été fut la tentative de crumble aux mûres, ces dernières s’étant avérées ultra-véreuses ! Les mûres ont donc été remplacées par un combo mirabelles/pêches/pommes, une réussite.

DSCF7213

DSCF7279

DSCF6831

Entre deux siestes et repas nous avons tout de même fait un peu de sport, notamment une grande balade à vélo dans la pinède où la bruyère était particulièrement belle cette année, du cerf-volant et… une partie de mini-golf, si, si, c’est du sport ! ;-)

DSCF6789

DSCF7393

DSCF7399

La bruyère a aimé la météo humide de 2014 !

DSCF7363

Camp du cerf 2014, construit chaque année par une famille dans la pinède…

DSCF7408

Gemmage

DSCF7351

Dans les activités marquantes, citons par ailleurs les fêtes locales et l’élection de la reine des fêtes, un grand moment auquel nous assistions pour la première fois… Deux heures après la mise en distribution des places, c’était quasiment complet et nous avons dû nous contenter de strapontins. Ce fut une expérience… intéressante ;-)

Nous avons également profité de ces vacances pour visiter l’éco-musée de Marquèze, qui permet de se balader dans un village typique des Landes de Gascogne, balade en petit train dans la pinède incluse. La visite est passionnante, je vous la recommande vivement si vous passez dans le coin.

DSCF6989

Dans le train

Dans le train du musée

DSCF6984

DSCF6963

Batteuse

DSCF7014

Pas si simple de marcher avec des échasses comme les bergers landais !

Pas si simple de marcher avec des échasses comme les bergers landais !

DSCF7099

Enfin, le dimanche 24 fut une journée de voyage… Bordeaux-Nice, en TER ! 9 heures de voyage, qui ont au final été moins éprouvantes que ce nous craignions… Il faut dire que nous étions équipés, entre délicieux pique-niques, musique, ordinateurs, livres… Nous avons continué à avancer sur notre album-photo du TDM n°1, nous en sommes maintenant à la NZ, un jour, nous triompherons !

Escale à Bordeaux

Escale à Bordeaux

DSCF7483

Tagué , , , ,

C’est l’heure… des vacances !

Depuis le temps qu’on les attendait, je dois dire que nous sommes ravis d’y être… en vacances !

Les collègues sont salués, l’appartement est rangé et briqué, les démarches administratives en cours sont finalisées ou presque (en tout cas tout ce qui pouvait être posté ou géré à ce jour l’est), les valises sont faites et remplies de maillots, de tongs, de livres, de cerf-volant et de crème solaire… Le réveil est réglé sur 5H15 (un jour, on prendra des trains et des avions à des horaires normaux, si, si, je vous assure…), et demain nous déjeunerons en famille face à l’océan !

Nous avons devant nous dix-sept jours de vacances (yihaaa !), vacances placées sous le signe du farniente ! Au programme, dix jours dans les Landes pour moi (Benoît me rejoint un peu plus tard, faisant auparavant un crochet bourguignon), puis une semaine dans la région de Nice avec deux jours de randonnée dans le parc national du Mercantour.

Qui dit vacances dit désintoxication d’internet, retour donc du blog à partir de début septembre ! Grosses bises à tous et à bientôt :-)

Une après-midi à Enghien-les-Bains

Parmi les jolies découvertes de l’été, je vais vous présenter aujourd’hui… Enghien-les-Bains ! Seule ville thermale de la région, située à une quinzaine de kilomètres au nord de Paris, Enghien-les-Bains est une destination idéale pour s’échapper de Paris le temps d’une après-midi. Il fait bon se promener autour du grand lac, en admirant les beaux bâtiments qui le bordent comme le casino et les thermes, ou encore les belles villas dont le jardin se termine sur le lac.

DSCF6071

Le lac

Le casino

Le casino

Les thermes

Les thermes

DSCF6164

DSCF6194

On peut même faire du sport sur les bords du lac !

On peut même faire du sport sur les bords du lac !

DSCF6199

Le centre-ville est assez sympa aussi, avec des boutiques, des pâtisseries… Seul bémol, les prix pratiqués, quasiment dignes des quartiers chics de Paris.

L'une des rues principales

L’une des rues principales

L'église est très jolie et possède de beaux vitraux

L’église est très jolie et possède de beaux vitraux

DSCF6145

Lorsque nous nous y sommes rendus nous avons eu la chance de tomber en plein coeur du Centenaire 1914-2014 et pas mal d’activités étaient organisées : petite expo retraçant la transformation du casino en hôpital et le rôle de certains prêtres – notamment l’abbé Georges Hénocque – un laboratoire façon début du sièle était reconstitué… C’était très chouette, et la ville semble très active durant les mois d’été.

Photo d'époque

Photo d’époque

DSCF6107

Bref, si vous avez envie d’une petite escapade dépaysante aux portes de Paris, Enghien est la destination qu’il faut… d’autant plus que le tour du lac est 100% accessible aux poussettes et aux fauteuils roulants.

DSCF6186

***

Comment y aller ? Train direct (14minutes) depuis la gare du Nord. Cet été du fait des travaux c’est un peu plus compliqué car il faut prendre un bus de remplacement à Epinay-Villetaneuse. Cela reste tout de même tout à fait faisable !

 

Tagué ,
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 27 autres abonnés